Partager


La soirée du 10 novembre 2007 au CICB sera sans doute inoubliable pour beaucoup de nos confrères et consœurs. En effet, c’est à cette date qu’aura lieu la cérémonie des « Soroké d’or » baptisée la « Nuit de la communication ». Une initiative de l’agence de communication « Actions plus ». Il s’agira de primer l’excellence au niveau des médias maliens et de leurs principaux animateurs que sont les journalistes.

« Magnifier les hommes et les femmes de médias qui, à travers leurs différentes émissions et leurs différents organes, sont présents dans le quo­tidien de la population malienne » ! Tel est l’objectif recherché par l’agence de communication « Action Plus ». Selon la promotrice de cette agence, Mme Nabou Kéita, son ambition est « d’encourager et couronner les efforts des hommes et femmes des médias ».

A travers cette initiative, « Action Plus » souhaite « cultiver l’esprit d’ex­cellence et développer le respect de la déontologie chez les communicateurs au Mali ». Une noble quête dans un paysage médiatique où l’excellence et le professionnalisme ne sont pas forcément des valeurs partagées par tous.

L’événement est donc prévu pour le 10 novembre 2007 au Centre international de conférence de Bamako (CICB) et enregistrera la participation de plusieurs person­nalités du monde de la communication, de la cul­ture et de la société civile. Sont attendus à cette nuit de la célébration de l’excellence et du professionnalisme dans les médias, Juan Gomez (RFI), Bohiri Michel de « Ma Famille » (Côte d’Ivoire).

Selon les organisateurs, « cette pre­mière édition de la Nuit de la communication marquera, d’une pierre blanche, l’univers de la communication à travers une grande soirée presti­gieuse, pleine de suspens, d’émotion avec des artistes de renommée internatio­nale ».

Au cours de la soirée du 10 novembre, une dizaine de « Soroké d’or » seront décer­nés à dix professionnels de la communication. Et comme nous l’assure Mory Touré, l’un des artisans de l’événement, « chaque trophée, portera le nom d’un ancien agent des médias qui a marqué sa corporation d’une pierre blanche par ses qualités professionnelles ». En plus de la dizaine de trophées qui seront décernés, des trophées d’honneurs seront aussi remis à des personnalités du monde de la communication.

Les trophées seront décernés dans trois catégories : radio, presse écrite et télévision. Un Soroké d’or porte le nom emblématique de « Prix Balla Moussa Kéita » et récompense­ra la meilleure émission culturelle. Notre vénéré et regretté doyen, Demba Coulibaly, donne son nom au prix de la meilleure émission sportive radio. Quant au prix « Mamadou Bakary Coulibaly », un autre as du micro, il récompensera la meilleure émission revue de la presse radio.

A la télévision, quatre trophées sont prévus. Il s’adit du « Prix Thierno Ahmed Thiam » décerné à la meilleure émission cultu­relle télévision, le « Prix Lamine Coulibaly » est prévu pour le meilleur présentateur télé-journal, le « Prix Aïssata Cissé » destiné à la meilleure présentatrice télé journal et le « Prix Moussa Ouane » récompen­sera le meilleur cameraman ou camerawoman du Mali.

La presse écrite sera à l’honneur avec trois trophées. Il s’agit d’abord du « Prix Boubacar Kéita » pour le meilleur quotidien. Votre quotidien préféré, Les Echos, est nominé dans cette catégorie. Le « Prix Aly Farka Touré » saluera le meilleur journaliste cultu­rel et le meilleur journaliste sportif recevra le « Prix Pierre Diakité ». Le jury qui doit décerner ces différentes distinctions est déjà à pied d’œuvre, les nominés étant maintenant connus.

L’animation musicale sera assurée par la diva Aïcha Koné (Côte d’Ivoire), Amadou et Mariam Bagayoko, Adja Soumano et Djénéba Seck. C’est dire que « Action Plus » n’a négligé aucun ingrédient pour rendre la soirée agréable, pleine de suspense et de d’émotion… excellente !

Moussa Bolly

29 octobre 2007.