Partager

Macky Sall serait-il sur les traces de Alpha Condé et Alassane Dramane Ouattara ? La question se pose désormais avec acuité au Sénégal où à la faveur de son inculpation dans une affaire de viol présumé et les violences par endroits meurtrières qui s’en sont suivies, l’opposant Ousmane Sonko a mis les pieds dans le plat en mettant son interpellation sur le compte d’une cabale politique visant à ouvrir un boulevard au chef de l’Etat à qui il prête ouvertement des intentions cachées de chercher à briguer un troisième mandat. Une affaire de mœurs qui  vire au débat politique au point de mettre le pays sens dessus dessous depuis près d’une semaine, avec à la clé près d’une demi-douzaine de morts. C’est dire si l’heure est suffisamment grave et le sujet suffisamment brûlant pour appeler une réponse de la part du chef de l’Etat sénégalais. Macky Sall doit donc clarifier sa position. Il doit d’autant plus le faire que son silence prolongé sur cette question qui n’est pas à sa première fois d’être portée dans le débat politique, commence quelque peu à interroger. 

Ce n’est pas l’omerta du camp présidentiel qui rassurera les Sénégalais

Au delà, l’on peut être même porté à croire que si le Sénégal est quelque part aujourd’hui pris dans l’engrenage des violences politiques et leur corollaire de destructions de biens et de pertes en vies humaines hautement dommageables à l’image du pays, c’est parce que Ousmane Sonko a su, entre autres, surfer sur cette question hautement sensible qui est sur le point de ravir la vedette à la question fondamentale de  sa traduction devant les tribunaux. Si fait que du bourreau violeur présumé, appelé à répondre de ses actes devant la Justice de son pays, l’opposant n’est pas loin de se glisser dans la peau de la victime persécutée.  Dans ces circonstances, ce n’est pas l’omerta du camp présidentiel tendant à éviter toute polémique autour de la question d’un éventuel troisième mandat du successeur d’Abdoulaye Wade, qui rassurera les Sénégalais. Au contraire, une clarification rapide de la situation dans le sens d’un renoncement au Satan du troisième mandat, pourrait non seulement faire davantage baisser la tension, mais aussi valoir son pesant de calme et de fin de mandat apaisé au pays de la Téranga et à son président. Car, tout porte à croire que les frustrations des manifestants vont largement au-delà du feuilleton judiciaire sur fond d’atteinte aux mœurs de l’affaire Ousmane Sonko.  Quoi qu’il en soit,  Macky Sall ne peut pas avoir poussé le Vieux Gorgui à la sortie du pouvoir, pour s’amuser à vouloir ruser avec les textes et ses compatriotes afin de prolonger son bail à la tête de l’Etat. C’est pourquoi l’on ne peut pas dire qu’il est prématuré, pour Ousmane Sonko, de prêter des intentions malveillantes de troisième mandat à Macky Sall. Car, de Conakry à Abidjan en passant par Brazzaville et N’Djamena, les exemples sont là et légion où à trop attendre, le peuple finit très souvent par devenir le dindon de la farce, quand il ne se laisse pas purement et simplement entuber par des prédateurs de l’alternance qui ne tombent généralement le masque qu’au dernier moment, sur un continent africain particulièrement malade de sa démocratie. Sans oublier qu’une fois que la machine de la forfaiture est lancée, il est souvent difficile de l’arrêter. 

Si Macky Sall n’avait pas pris la mesure de l’explosivité de la situation, il est à présent édifié

Et dans le cas du Sénégal, des indices sont là, qui ne permettent pas de donner le Bon Dieu sans confession à Macky Sall. En effet, non seulement le natif de Fatick a minutieusement travaillé à affaiblir l’opposition dont certaines fortes têtes ont été amenées bon gré mal gré à rejoindre les rangs de la majorité,  mais aussi les exemples de Karim Wade et de Khalifa Sall écartés de la course à la présidentielle dans les conditions que l’on sait, peuvent avoir édifié beaucoup de Sénégalais.  Ce, au moment où il ne se dégage pas un dauphin attitré au chef de l’Etat qui a portant fait bien plus qu’entamer son second et dernier mandat constitutionnel. C’est pourquoi  l’on ne peut pas reprocher à Ousmane Sonko de profiter de la situation pour remettre la question d’un éventuel troisième mandat au goût du jour au moment où il semble avoir de l’aura et surtout le vent en poupe, avec des compatriotes convaincus pour la plupart de la justesse de son combat, et fortement mobilisés dans la rue dans les circonstances que l’on sait. Et l’on attend de voir à quoi fera écho son appel à la « mobilisation générale » pour « la révolution » du changement qu’il dit désormais en marche dans son pays.  En tout état de cause, si en se prêtant à ce jeu de clair-obscur sur l’éventualité d’une candidature à un troisième mandat, Macky Sall n’avait pas pris la mesure de l’explosivité de la situation, on peut dire qu’il est à présent édifié. Et l’on espère qu’au sortir de ces événements malheureux qui secouent le Sénégal, il saura s’inscrire dans l’histoire, à l’image du président nigérien, Mahamadou Issoufou, qui a su résister à la tentation du troisième mandat qui fait mode au sein de ses pairs  africains; ce qui lui vaut, entre autres, aujourd’hui d’entrer dans le cercle très restreint des élus au prestigieux Prix Mo Ibrahim pour la bonne gouvernance. Et cela n’est pas rien.

 « Le Pays »