Partager

Dans les mois qui ont précédé le scrutin du 28 juillet, l’ingénieur statisticien économiste, Sidiki Guindo a initié une série de sondage sur la cote de popularité des différents candidats à la magistrature suprême de notre pays. Les résultats de la dernière phase de cette opération ont été publiés à quatre jours du rendez-vous du 28 juillet. Ces résultats donnaient le candidat IBK largement en tête avec 40,70 des voix, contre 20,45% à Soumaïla Cissé.

Au terme de ce premier tour et au vu des résultats provisoires officiels du ministère de l’Administration territoriale, les faits ont donné raison à ce jeune statisticien, souvent mal compris et accusé par l’entourage de certains candidats comme étant » un type manipulé par IBK « .

A la Une de L’Indépendant n°3306 du mercredi 24 juillet, nous avions titré : » Résultats de la dernière phase des sondages d’opinion sur la présidentielle du 28 juillet : IBK en tête avec 40. 70% ; Soumaïla Cissé 20.45% ; Dramane Dembélé 9.68% ; Modibo Sidibé 5,50% « . Aussitôt ce numéro mis sur le marché, les coups de fil n’ont pas manqué de fuser de partout.

jpg_guido-statiscien.jpgLes uns accusant notre quotidien de partialité, les autres s’en pennant à l’auteur du sondage, Sidiki Guindo comme étant » un petit proche d’IBK « , donc manipulé par celui-ci. Avec la publication officielle des résultats provisoires complets, le vendredi dernier, chacun doit alors comprendre que M. Guindo était loin d’être un plaisantin et qu’il n’a fait que sa mission d’éclairer ou d’attirer l’attention de l’opinion sur les intentions de votre de la population malienne. Car cette dernière phase de son sondage avait concerné toutes les régions du Mali, exceptée celle de Kidal pour des raisons que tout le monde connait.

Le Mali n’est pas un pays de sondage de tradition, les grands instituts spécialisés en la matière n’existent point. Malgré cet état de fait, certains ont pris leur courage à deux mains, malgré leurs faibles moyens pour se forger une réputation dans le secteur. C’est le cas de l’ingénieur statisticien économiste, Sidiki Guindo qui a fait de hautes études dans les spécialités ci-dessus citées. Les résultats qu’il a obtenus dans ses différents sondages d’opinion sont loin de mentir. Le cas de la présidentielle du 28 juillet en est la meilleure illustration.

Cette dernière phase de sa série de sondage a été réalisée entre le 8 et le 14 juillet sur un échantillon de 5 385 individus de 20 et plus. Ses résultats avaient donné IBK gagnant dans le District de Bamako et les régions de Kayes, Koulikoro, Ségou, Sikasso, Kayes et Gao, et Soumaïla les régions de Mopti, et Tombouctou. Ce qui a été confirmé par les chiffres publiés par le ministre Moussa Sinko Coulibaly.

Dans ces résultats focalisés surtout sur les quatre principaux favoris, il avait annoncé qu’aucun candidat n’aura plus de 50% au premier tour; et qu’il y’aura donc un second tour. Et, que les deux candidats qui iront au second tour sont IBK et Soumaïla Cissé. Que la troisième place sera occupée par Dramane Dembélé et Modibo Sidibé la quatrième place.

En terme de résultats par candidat, les intentions de vote avaient démontré que IBK aura un score moyen de 40.70% (son score officiel provisoire est de 39.24%); Soumaïla Cissé aura un score moyen de 20.45% (officiel provisoire 19.44%) ; Dramane Dembélé était prévu pour un score moyen de 9.68% (officiel provisoire 9.5%). Quant à Modibo Sidibé, les intentions de vote lui donnaient 5.50% (son score officiel provisoire est de 4.87%).

Sidiki Guindo avait également prévu que le score de IBK seul sera proche ou dépassera celui de l’ensemble des candidats du regroupement politique FDR qui ne dépassera pas les 40%. Les candidats de ce front anti-putsch (URD, ADEMA, FARE, UMAM, PARENA) ont pour le moment obtenu 35,8% des suffrages des maliens.

Autant tire que les résultats de ces sondages d’opinion ont présenté la configuration réelle des intentions de vote du scrutin du 28 juillet et que son auteur a démontré par la même occasion, tout son sérieux et son professionnalisme en la matière et mérite plus d’attention dans les années à venir.

06 Août 2013