Partager

Pour le président IBK, la population lui accorde une note de 4.58/10 pour sa gestion globale du pays, 4.86/10 pour sa gestion des problèmes du nord, 6.00/10 pour sa gestion des conflits entre nos militaires et 4.44/10 pour sa lutte contre la corruption. Dans la résolution des problèmes du nord, le GISSE a trouvé que 54.3% de la population trouvent qu’il a bien travaillé contre 44.6% qui trouve qu’il a mal travaillé. Pour le chef de file de l’opposition, l’honorable Soumaila Cissé, la population lui accorde une note de 4.36/10 dans son rôle d’opposant. La France qui avait une cote de popularité de plus de 90% au début de ses bombardements, se retrouve avec une cote de moins de 33% et une note de 4.12/10.

Dans le cadre de ses recherches sur l’application des méthodes statistiques comme outil d’aide à la décision et dans l’objectif de mesurer l’opinion publique sur différents aspects, l’institut de sondage GISSE (Groupement d’Intérêt Scientifique des Statisticiens Économistes) a effectué un sondage d’opinion auprès de 1060 individus de la population bamakoise de 18 ans et plus. Ce document dont nous nous sommes procuré une copie présente des résultats publiés en milieu de semaine dernière. Ce sondage qui utilise la méthode des quotas s’est déroulé du 02 au 05 octobre 2015 dans le District de Bamako.

Selon le Directeur de l’Institut GISSE, Sidiki Guindo, l’objectif du sondage est de mesurer la satisfaction de la population sur la gestion globale du Président IBK pendant ses deux années au pouvoir, la satisfaction dans 5 domaines spécifiques (la gestion des problèmes du nord, la gestion de la crise qui existait entre nos militaires (affaire béret rouge/béret vert), la lutte contre la corruption, la lutte contre l’insécurité et la lutte contre la pauvreté),la satisfaction de la population sur le comportement général du chef de file de l’opposition, l’honorable Soumaila Cissé et la satisfaction de la population sur le comportement général de la France et de la MINUSMA.
Les résultats du sondage ont révélé que sur la gestion globale du Président aux cours de ses deux années de pouvoir, 48.5% de la population se disent satisfaits contre 51.3% qui ne sont pas satisfaits (les 0.2% restant n’ont pas pu donner de réponse). La population est donc partagée sur l’appréciation du travail du Président IBK. En termes de notation, à la question de savoir quelle note sur 10 accordez-vous au Président sur sa gestion au cours de ses deux années au pouvoir, IBK a obtenu une moyenne de 4.58/10. Il est important de noter que 5,5% de la population ont accordé une note de 10/10 au Président alors que 11.7% lui ont accordé la note de 0/10 sur sa gestion globale.
Dans la résolution des problèmes du nord, le GISSE a trouvé que 54.3% de la population trouvent qu’il a bien travaillé contre 44.6% qui trouve qu’il a mal travaillé dans ce domaine. Plus de la moitié de la population est donc satisfaite du travail du Président sur la gestion de la situation du nord. En termes de note, Sidiki Guindo affirme avoir trouvé une moyenne de 4.86/10.
Sur la gestion du conflit qui existait entre nos militaires (affaire béret rouge/béret vert), une large majorité (70.4%) soutient que le Président a bien travaillé contre 19.7% qui pensent qu’il a mal travaillé. Dans ce domaine, le Président obtient sa plus forte note qui est de 6.00/10.

Concernant la lutte contre la corruption, 40.6% pensent que le Président IBK a bien travaillé alors que 57.4 pensent le contraire. Sur la corruption, c’est surtout celle des policiers qui est la plus dénoncée, avec plus de 72% de la population qui pensent que le Président a mal travaillé dans ce domaine contre seulement 25% qui pensent le contraire. La note du Président dans la lutte contre la corruption est de 4.44 sur 10 et cette note n’est que de 3.91 sur 10 dès qu’on parle de lutte contre la corruption des policiers. En ce qui concerne la lutte contre la corruption au niveau de l’administration publique, il se trouve que le Président a une note de 4.23 sur 10.
61.9% de la population pensent que le Président a mal travaillé dans le domaine de la lutte contre l’insécurité contre seulement 37.1% qui pensent positivement. Là-dessus, la population accorde une note de 4.32 sur 10 au Président.
Dans la lutte contre la pauvreté, 84.3%, des bamakois pensent que le Président n’a pas travaillé contre seulement 15.2% qui pensent le contraire. La note accordée au Président est de 3.27 sur 10.

Selon les résultats du GISSE, 49.6% des Maliens ne sont pas satisfaits du comportement général de l’honorable Soumaïla Cissé, 38.2% sont satisfaits de son comportement et 12.2% n’ont pas pu donner de réponse. La population lui accorde une note de 4.36/10. Le chef de file de l’opposition n’a donc pas pour le moment la moyenne.
Selon les résultats du GISSE, la population a radicalement changé d’opinion sur la France. En effet, jusqu’à 67.3% de la population n’est plus satisfaite du travail de la France au Mali et seulement 32% en sont satisfaits (pour rappel, plus de 90% de la population avaient une opinion favorable de la France au début de son soutien au Mali). Ainsi, la population lui accorde une note de 4.12/10. La France n’a donc plus la moyenne auprès de la population bamakoise.
Sur le travail de la MINUSMA, l’Institut a trouvé que 67% des Maliens ne sont pas satisfaits contre 29% qui sont satisfaits, 4% n’ont pas pu donner de réponse. La population accorde une note de 4.20/10 à la MINUSMA.

B. DIARRA


Résultats du 6ème round de l’enquête d’Afro baromètre au Mali :
– 3/4 des Maliens estiment que le gouvernement est efficace dans la gestion de la crise du nord,
– 2/3 des citoyens approuvent les grèves des syndicats

Le Groupe de Recherche en Economie Appliquée et Théorique (GREAT) en collaboration avec le réseau indépendant de chercheurs africains, Afrobaromètre de l’Université de Michigan a publié les résultats de son 6ème round d’enquête portant sur la réconciliation nationale et les Maliens face aux grèves. L’atelier de dissémination de ladite enquête a eu lieu le samedi 24 octobre à l’Hôtel Olympe de Bamako sous la présidence du premier responsable de GREAT, prof. Mansa Coulibaly.

Le travail de terrain pour le 6ème tour au Mali a été effectué entre le 1er et le 15 décembre 2014.L’Enquête a interviewé 1200 adultes de nationalité malienne dont l’échantillon donne des résultats avec une marge d’erreur de +/- 3% à un niveau de confiance de 95%.
Sur la question du nord, l’enquête révèle que les Maliens préféraient la négociation pour la sortie de crise et les poursuites judiciaires pour la réconciliation. Les trois quarts (3/4) des citoyens jugent le gouvernement efficace face au problème des groupes armés, estimant toutefois que, la meilleure voie pour le gouvernement d’être plus efficace est de renforcer la réponse militaire ou les capacités. Plus de sept Maliens sur dix (7/10) pensent que la négociation entre le gouvernement et les groupes armés est l’option qui offre la meilleure chance de résoudre la crise. Pour 36% des Maliens, la justice est la meilleure option pour une paix durable et la réconciliation contre 24% favorables à l’amnistie générale.
Quant au second point de l’enquête, il a concerné l’opinion des Maliens face aux grèves. Selon l’enquête, 2 citoyens sur trois interrogés (67%) soutiennent les grèves des travailleurs et estiment que le gouvernement peut y faire face. Cependant, 53% des Maliens estiment que le secteur de la santé devrait être exclu du champ des grèves. Par ailleurs, pour un Malien sur cinq, le chômage figure parmi les trois principaux problèmes de développement du pays, soit deux urbains sur cinq et un intellectuel de niveau d’éducation post secondaire sur deux. Pour faire face au chômage des jeunes, un Malien sur trois suggérerait au gouvernement la subvention de l’emploi des jeunes.
A noter que, le réseau Afrobaromètre est un réseau de recherche non partisan qui mène des enquêtes d’opinion publique sur la démocratie, la gouvernance, les conditions économiques, et d’autres questions connexes dans plus de 30 pays en Afrique. Six séries d’enquêtes plus une série spéciale pour le Mali ont été réalisées entre 2000 et 2014, et les enquêtes de la Série 2014-2015 sont actuellement en cours.

L’équipe Afrobaromètre au Mali dirigée par le professeur Mansa Coulibaly.

Daniel KOURIBA

Tjikan du 27 Octobre 2015