Partager

En prélude à la 7ème édition du Forum des Peuples -le contre-point africain au G.8- qui se tient chaque année quelque part, la Coalition malienne des Alternatives Africaines Dette et Développement (CAD-Mali) a organisé, le mardi 24 Juin 2008, dans ses locaux, une conférence de presse pour faire, entre autres, l’état des préparatifs et le bilan des éditions précédentes.

Pour la circonstance, la conférencière principale et présidente de CAD-Mali, Mme Barry Aminata Touré, était assistée d’autres membres de l’organisation, dont Mme Doumbia Sirandou Coulibaly et Nouhoum Keïta.

Critique du sommet

Dans quelques jours, les pays du G.8 se retrouveront à Hokkaïdo -une île touristique sise au Nord du Japon- pour discuter de l’économie mondiale, et surtout, de la façon de renforcer la mainmise des pays pauvres.

Selon la présidente de CAD-Mali, depuis 34 ans (de 1975 à 2008), de nombreux changements de politiques et de promesses en direction des pays pauvres ont été enregistrées, venant des pays riches.

Elle a rappelé qu’au sommet de Heiligendamm, en 2007, un des thèmes principaux était encore les questions de pauvreté en Afrique, avec pour solution, la dérèglementation des investissements en Afrique, avec la signature des Accords de libres échanges, tels que les APE.

Elle a ajouté que le sommet du G.8, organisé tous les ans par ces pays riches, est une occasion, pour ces pays, d’évaluer la progression du capitalisme et l’avancement du néo-colonialisme, par des prises de positions qui contredisent les engagements de ces responsables gouvernementaux, dans les pactes et conventions ratifiés par leur pays.

Elle a fait savoir qu’au sommet de Hokkaïdo (tenu du 7 au 9 Juillet 2008), le thème principal autour duquel le G.8 se penchera sera les problèmes environnementaux. “Quelle tromperie ! ”, s’est exclamée la présidente de CAD-Mali. Selon elle, c’est le G.8 qui détruit les ressources naturelles du monde et qui émet plus de 40% du dioxyde de carbone à l’échelle mondiale, provoquant ainsi les changements climatiques.

A la veille de la date d’expiration du Protocole de Kyoto ( en 2012), ces Chefs d’Etats du G.8 veulent duper le monde en s’engageant de nouveau pour la diminution de 50% des émissions des gaz à effet de serre, d’ici à 2050, par rapport au niveau de 1990.

Mme Barry Aminata Touré a encore rappelé que du sommet du G.7 de Lyon en 1996, à celui de Gleneagles en 2005, en passant par ceux de Cologne en 1999 et d’Evian en 2003, ces capitalistes au service des grandes sociétés multinationales, en complicité avec la Banque Mondiale et le Fond Monétaire International (FMI),

continuent de prendre des mesures anti-démocratiques pour accentuer la pauvreté des populations dans nos pays qui souffrent déjà des impacts négatifs des privatisations, de la concurrence déloyale des produits, de la supression des subventions aux produits de base, et d’une manière générale, de la dégradation importante de leurs conditions de vie.

Le renforcement de cette orientation néo-libérale du G.8 intervient dans un contexte marqué par une flambée des prix des denrées de première nécessité, une hausse hallucinante des hydrocarbures, une crise monétaire sans précédent, avec une forte poussée de la spéculation financière, une accélération vertigineuse des privatisations, des rachats des entreprises et des méga-fusions, et une criminalisation de l’immigration.

Selon la FAO, la part de l’agriculture dans l’aide publique au développement a chuté, passant de 17% en 1980 à 3% en 2006. Les institutions financières internationales et régionales ont baissé d’une manière drastique. Les ressources destinées à l’activité agricole sont le principal moyen d’existence de 70% des pauvres dans le monde. Dans certains cas, le portefeuille de prêts à l’agriculture d’une institution est passé de 33% en 1979 à… 1% en 2007.

Aux dires de la présidente de CAD-Mali, alors que la grande majorité de la population dans le monde souffre de manque de nourriture, quelques 2,3 millions de tonnes de riz sont actuellement stockées par l’Etat dans une dizaine d’immenses hangars refrigérés au Japon et risquent d’être livrés aux animaux plutôt… qu’aux hommes.

Toujours selon elle, on dépense environ 1 200 milliards de dolalrs US pour des dépenses d’armement ; et on laisse mourrir 862 millions de personnes dans le monde, alors que 30 milliards de dollars par an pourraient suffir pour relancer l’agriculture et éradiquer définitivement la faim. “Quel scandale ! ”, a-t-elle dit.


Bilan du Forum des Peuples

Selon la conférencière, le Forum des Peuples, dont l’objectif global est de contribuer à la lutte contre les principes et pratiques néo-libéraux sur toutes leurs formes, a permis d’augmenter l’engagement des organisations à la base, la stimulation de se regrouper en association et de renforcer le travail en réseau des organisations.

Le Forum a aussi apporté le changement de comportement et de mentalité et le renforcé le mouvement social aux niveaux national, sous-régional, africain et mondial. A ce niveau, la conférencière a rappelé l’annulation des dettes multilatérales des pays pauvres. Ainsi, le Forum des Peuples devient un espoir pour des communautés à la base.

Cette 7ème édition qui se déroulera du 6 au 9 Juillet 2008 à Koulikoro -précisément à Katibougou- a comme innovation l’organisation d’un espace Femmes et d’un espace Jeunes. Au total, 768 participants sont attendus, pour un budget prévisionnel d’environ 20 millions de FCFA.

Les axes thématiques centraux sont au nombre de 12. Entre autres, on peut citer : mouvements sociaux, campagnes, développement économique, financement du développement, Afrique : champ d’essai des politiques de développement, conflits fonciers, pauvreté, vulnérabilité et précarité sociale et économique.

En contre-point au sommet du G8, de Siby à Sikasso, le Forum des Peuples a toujours dénoncé les décisions des pays riches, qu’il juge impopulaires et opportunistes. “Cette dénonciation va continuer tant que les gouvernements de ces pays riches ne changent pas leurs pratiques et manières de gérer ”, a conclu Mme Barry Aminata Touré.

Moussa TOURE

25 Juin 2008