Partager

Du 4 au 5 Novembre prochains, s’ouvrira à Beijing, en Chine un Forum sur la coopération sino-africaine. Le sommet de Beijing constituera un jalon dans les relations entre la Chine et l’Afrique, a déclaré mercredi le président chinois Hu Jintao. « Le Forum sur la Coopération Chine-Afrique (FCCA), après six ans de développement, est devenu une importante plate-forme pour le dialogue et la coopération« , a souligné le président chinois lors de ses rencontres avec les dirigeants africains qui sont en Chine pour assister au prochain sommet de Beijing du FCCA.

Cette année marque le 50e anniversaire des relations diplomatiques sino-africaines. « Le sommet représente l’aspiration commune des peuples chinois et africains et correspond à la tendance internationale de paix, de développement et de coopération« , a fait remarquer Hu.

Hu a rencontré mercredi le président gabonais El Hadj Omar Bongo Ondimba, le président comorien Ahmed Abdallah Mohamed Sambi et le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Alpha Oumar Konaré.

Lors de la rencontre avec Konaré, Hu a salué les efforts de l’Union africaine dans la sauvegarde de la stabilité régionale, dans la promotion de l’union africaine et dans le renforcement de l’intégration économique.

« La Chine considère ses relations avec l’UA comme une partie importante des relations sino-africaines« , a- t-il ajouté.

Axe Bamako – Pékin : les relations au beau fixe Konaré a souligné que l’UA attachait de l’importance à ses relations avec la Chine du point de vue stratégique.

Le Mali et la Chine entretiennent d’excellentes relations d’amitié et de coopération qui remontent aux premières heures de l’indépendance de notre pays.

A titre de rappel, c’est la coopération chinoise qui a permis de créer le premier tissu industriel de la jeune République du Mali.

Aujourd’hui encore, la Chine est très engagée aux côtés de notre pays pour accompagner les efforts de développement du peuple et du Gouvernement du Mali.

Dans une interview qu’il a accordée récemment à un confrère de l’agence chinoise Xinhua, le chef de l’Etat déclarait notamment : « Le Forum de la Coopération sino – africaine qui s’ouvrira dans quelques jours à Beijing devrait permettre d’avancer dans l’opérationnalisation d’une nouvelle politique de coopération. La Chine a acquis une grande expérience dans les Zones Economiques Spéciales. Cette expérience serait utile en Afrique pour créer des grappes d’industries dans le cadre des programmes économiques régionaux que le NEPAD a vocation à promouvoir« .

Au cours du même entretien, le Président de la République a exprimé le souhait que cette rencontre inédite entre dirigeants africains et chinois renforce davantage la coopération, l’amitié et la solidarité entre la Chine et l’Afrique.

Le Forum sur la Coopération sino-africaine est une plate-forme pour les consultations et dialogues collectifs entre la Chine et les pays amis africains, et il constitue, dans le cadre de la coopération Sud-Sud, un mécanisme de coopération pour les pays en développement.

Il se caractérise par : – une coopération pragmatique, le but du Forum étant de renforcer les consultations et d’élargir la coopération avec l’accent mis sur celle-ci ; – l’égalité et les avantages mutuels, le dialogue politique et la coopération économique et commerciale ayant une même importance pour la promotion du développement commun.

La présence chinoise au Mali : La « marée jaune » Parmi les étrangers vivant au Mali, les chinois occupent une place particulière.

Ils sont présents dans tous les secteurs de l’informel : vente de médicaments et de produits cosmétiques, dépannage d’appareils électroménagers et de téléphones portables…

Ils sont également dans le formel avec les bars et restaurant qui ont actuellement pignon sur rue. Dans tous les quartiers, coins et recoins de la ville, on trouve des bars – restaurants chinois, s’indigne un religieux.

Les chinois sont « agressifs » dans les affaires, a souligné Hamidou Konaté, opérateur économique malien. Pour preuve, poursuit-il dans chaque domaine, quand ils y pénètrent ils cassent les prix.

A titre d’exemple, le marché des cyclomoteurs a été inondé par les chinois : « les motos qu’on trouvait à 1 500 000 F CFA sont actuellement vendues à 250 000 F CFA« , se réjouit un consommateur.

Au niveau des bars-restaurants et hôtels, grâce aux chinois, les prix des chambres de passe ont chuté, a témoigné un homme qui a requis l’anonymat.

Aujourd’hui, poursuit-il, « on peut se soulager entre 2000 et 3000 F CFA chez les chinois contre 10 000 à 20 000 F CFA dans les hôtels ”.

Cette « marée jaune », est également dans les bricolages dans tous les domaines, au grand bonheur des consommateurs.

Almahady M. Cissé

02 novembre 2006.