Partager

Dans le cadre du suivi du sommet Afrique-France, tenu à Bamako les 3 et 4 décembre 2005 et de valoriser concrètement sur le territoire malien les réflexions engagées en 2005, l’ambassade de France envisage de mettre en place un projet d’appui à la jeunesse.

Afin d’associer les acteurs associatifs et institutionnels et de partager avec eux les expériences sur les trois volets d’activités du futur projet, le service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France a organisé du 11 au 13 décembre 2006, un atelier au centre Djoliba.

Le programme d’appui à la jeunesse malienne qui était au centre de cet atelier à été conçu en trois volets : Jeunesse et entrepreneuriat, Culture et citoyenneté et structuration associative.

Le volet Jeunesse et entrepreneuriat concerne les jeunes créateurs d’entreprises. En lien avec les dispositifs nationaux que sont l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE) et l’agence pour la promotion de l’emploi jeunes (APEJ) et les organismes bancaires maliens, ce volet s’est assigné l’objectif de faciliter l’insertion économique des jeunes par l’auto-emploi, en les incitant à la création d’entreprises.

Concrètement, ce volet du programme doit faciliter le cheminement de la création d’entreprise par la mise en relation des jeunes avec les outils existants de formation professionnelle et de financement bancaire.

Les participants à l’atelier devaient aussi se prononcer sur la stratégie de mise en place d’une cellule d’accueil capable d’orienter vers des outils de financement, d’études de faisabilité, d’accompagnements techniques, de formation professionnelles et de faciliter le lien entre les jeunes et les acteurs nationaux publics et privés et leurs démarches entrepreneuriales.

Le volet culture et citoyenneté a été conçu pour assurer un appui technique et financier aux projets associatifs dans le domaine culturel et dans celui de l’éducation à la citoyenneté.

En ce qui concerne ce volet, les participants devaient se prononcer sur la stratégie à mettre en place pour financer les projets portés par les associations de base. Ils devaient aussi réfléchir à la mise en place d’un comité d’analyse technique regroupant des personnes ressources issues des structures institutionnelles et associatives d’appui à la jeunesse, ainsi qu’un opérateur pour l’instruction et le suivi des projets.

Quant au volet sur la structuration associative, il s’est inspiré du modèle malien d’organisation des associations. Mais, dans le but de renforcer la structuration des associations de jeunes au niveau régional et national, le défi est de mettre en place un dispositif pertinent de formation des leaders à la vie associative et la stratégie de financement des initiatives permettant l’animation des réseaux d’associations de jeunes.

Mieux, ce volet va s’atteler à renforcer la représentativité des jeunes dans les instances nationales et internationales.

Assane Koné

15 décembre 2006.