Partager

Dans la mouvance de la célébration de la Journée internationale pour l’élimination de la fistule, la ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Dr Coulibaly Mariam Maïga, a remis, jeudi dernier au Centre hospitalier universitaire (CHU) du Point G, des vivres et non vivres aux femmes du centre Oasis de cet établissement hospitalier.

La cérémonie a enregistré la présence de sa collègue de la Santé et du Développement social, le colonel Assa Badiallo Touré, du ministre commissaire à la Sécurité alimentaire, Redouwane Ag Mohamed Ali, et du directeur général du CHU Point G, Soumaïla Keïta.  

Ce don, composé de 3 tonnes de riz, autant de tonnes de mil, 60 cartons de dattes, 40 matelas et des kits de dignité s’inscrit dans le cadre des initiatives mises en œuvre pour soutenir nos sœurs victimes de cette affection.

La ministre chargée de la Promotion de la Femme a expliqué que ce geste humanitaire est une preuve de solidarité du gouvernement à travers son département à l’endroit des femmes atteintes de cette maladie. Et de rappeler que les autorités de la Transition ont toujours prôné la solidarité. Dr Coulibaly Mariam Maïga soulignera aussi que la fistule obstétricale est une affection très handicapante qui touche particulièrement les jeunes femmes et celles-ci sont généralement exclues de la société, avant de saluer les différents plans stratégiques mis en œuvre pour la prévention, le traitement et la réinsertion des femmes victimes. Et aussi les initiatives de mobilisation de fonds entreprises à l’occasion de cette journée du 23 mai, décrétée Journée internationale de lutte contre la fistule obstétricale par les Nations unies.

Le colonel Assa Badiallo Touré a déclaré que la maladie que vivent ces femmes doit attirer l’attention et le soutien de tout le monde. Elle a également remercié les médecins qui s’occupent à ces patientes. «Comprenez que dans ce combat vous n’êtes pas seule. Nous allons continuer à sensibiliser sur les causes et les moyens de prévention pour lutter contre cette maladie qui isole ses victimes», a-t-elle promis.

Le ministre commissaire à la sécurité alimentaire a noté que c’est une instruction du chef de l’état, notamment d’apporter une assistance à chaque Malien et Malienne sur l’ensemble du territoire national. Et d’ajouter que les ministres chargés de ces questions ont compris ce message parce qu’elles passent plus de temps sur le terrain. Redouwane Ag Mohamed Ali a assuré qu’ils vont accompagner permanemment dans le cadre de leur mission, «c’est même un devoir». Le ministre commissaire à la sécurité a rassuré le directeur de l’Hôpital Point G de leur disponibilité pour sa pérennisation et la pris en charge au niveau du centre Point G.

La représentante des bénéficiaires, Hawa Koné, s’est réjouie de cette donation et a remercié les initiateurs ainsi que les médecins pour leur sens humanitaire.

Aminata SOUMAH

Source: L’Essor