Partager

La population bamakoise n’a pas fini de régler ses comptes aux voleurs.

L’article 320, qui consiste à bruler vif les voleurs, est devenu une règle à suivre pour les jeunes dans les quartiers. La dernière opération de cette loi du talion a eu lieu, le 19 juillet dernier à Sogoninko au bord de l’Avenue de l’OUA, non loin du carrefour de Magnabougou. Il était presque dix neuf heures, quand deux loubards se sont attaqués à une fille pour lui dérober sa moto Djakarta. Désemparée, elle n’aura qu’une seule solution à ses possibilités : s’arrêtée pour appeler au secours. Ses cris de détresse lui seront tout de même utiles mais coûteront la vie à l’un de ses agresseurs.

A quelques centaines de mètres de là un groupe de jeunes était entassé au bord de l’Avenue. Ils avaient fuit une scène de match de foot assez émaillée de tension. Et c’est dans leur direction que les deux malfrats se dirigeaient. Répondant à l’appel de secours de la jeune fille, ils intercepteront les loubards-voleurs et engagea une punition qui aboutira à un lynchage. L’un des voleurs parvient à s’échapper pendant que l’autre a été mis sous la coupe de l’article 320.

Au moment des faits, un secours du commissariat du septième Arrondissement est apparu pour disperser le groupe de jeune. Brûlé à moitié, le bourreau-victime sera transporté à l’hôpital Gabriel Touré où il rendra l’âme le lendemain.

Seydou Coulibaly

21 Juillet 2011.