Partager

jpg_20168.jpg
le nouveau contingent (2008-09) des 2000 jeunes volontaires recrutés par l’Agence pour la promotion de l’emploi et la formation professionnelle (Apej) a prêté serment hier « de servir avec dévouement et loyauté dans les services publics et les collectivités décentralisées en qualité de volontaire et se retirer en bon terme dès la fin de leur contrat ».

C’était à la faveur d’une cérémonie solennelle consacrée à un double lancement : celui de la phase II dudit programme et celui des kits Apej, dont la présentation au chef de l’État a eu lieu en juillet dernier (Voir l’Essor du 11 juillet).

L’événement a mobilisé nombre de personnalités de premier plan de l’État et des collectivités locales, le tout nouveau président du conseil d’administration de l’APEJ, Soumeylou Boubèye Maïga, des diplomates, d’anciens et nouveaux volontaires.

D’entrée de jeu, Nampé Sadio, « le griot de l’emploi rural » a électrisé la salle en interprétant deux chansons dédiées aux initiatives novatrices prises par les pouvoirs publics pour faire face à la crise d’emplois dans notre pays. Cette entrée en matière musicale a été suivie par la projection d’un documentaire d’une quinzaine de minutes présentant les 7 kits présentés par l’Apej lors la Bourse de l’emploi et la formation professionnelle et les critères de sélection des postulants.

Le directeur général de l’Apej, Modibo Kadjoké, et la présidente de la Fédération nationale des artisans du Mali (FENAM), Mme Astan Traoré, ont ensuite apposé leur signature sur un document de partenariat entre les deux structures.

Le contrat gère la fourniture de matériel agricole « Made in Mali » entrant dans la constitution des kits agricoles offerts par l’Agence lors de la bourse de l’emploi et la formation professionnelle. « Offrir des matériels agricoles aux jeunes consiste à créer de l’emploi, mais au-delà, nous voulons qu’en amont la remise de ces matériels crée des emplois pour non seulement permettre aux bénéficiaires de trouver de quoi vivre, mais également de contribuer à lutter contre l’insécurité alimentaire« , a expliqué le directeur de l’Apej.

Plus de 2,176 milliards FCFA.

L’Apej fournit ainsi : 1000 kits agricoles, 500 kits d’embouche bovine, 30 kits botteleuses, 100 kits motoculteurs, 210 kits appareil photo, 110 kits sonorisation (comprenant 3 types de package) et 300 kits de crédit agricole, soit au total 1250 kits. La mise en œuvre du programme permettra de créer 3000 emplois tant en milieu rural et qu’urbain.

jpg_20168_1.jpg
Modibo Kadjoké a effectué un large tour d’horizon sur le programme « Volontariat jeune« , qui suscite beaucoup d’engouement chez des jeunes. 9118 dossiers, décomptera-t-il, ont été enregistrés au secrétariat de l’Apej. Sur les 2000 retenus, 93% des postulants sont installés à Bamako (les diplômés originaires des régions restent dans la capitale à la fin de leurs études), suivi de très loin par Ségou et Sikasso. Parmi les nouvelles recrues, les titulaires de brevet de technicien et de licence sont les plus nombreux.

Modibo Kadjoké a souligné combien le programme Volontariat jeune traduisait l’audace des autorités vis-à-vis d’un pari qui n’est pas gagné d’avance. Mais aujourd’hui, le Mali fait école dans la sous-région. L’initiative a été saluée par le secrétaire général du Conseil national de la jeunesse du Mali (CNJ-Mali), Alioun N’Gueye, qui a plaidé pour l’augmentation du nombre des volontaires dans les années à venir.

Lancée le 10 mai 2005 et bouclée le 30 juin dernier, la mise en œuvre de la phase I du programme a permis de préparer les jeunes aux rigueurs du marché de l’emploi en leur offrant l’opportunité d’accumuler une expérience professionnelle et de muscler ainsi leur CV.

Les plus chanceux ont réussi à signer des contrats d’embauche sur leur lieu de stage. Au total 95 jeunes ont été recrutés par des départements ministériels. Dans le secteur privé et les collectivités locales beaucoup d’autres ont trouvé du travail. La mairie de la Commune IV du District a ainsi engagé 48 personnes parmi les anciens volontaires comme agents de recouvrement dans les marchés.

En prélude aux différents concours de la Fonction publique et de la magistrature, l’APEJ a commis un bureau de consultant pour former les jeunes volontaires aux épreuves techniques et de culture générale. 987 jeunes ont bénéficié de cette formation. 21 d’entre eux ont réussi le concours. Cette formation a coûté à l’APEJ plus de 10 millions de Fcfa.

Lors de l’organisation du concours de la Fonction publique des collectivités, l’APEJ a déboursé près de 30 millions de Fcfa pour organiser une autre session de formation à l’intention des jeunes volontaires.

528 jeunes candidats en ont bénéficié. L’agence a également accompagné financièrement l’installation de jeunes dans le secteur rural. Ainsi, 4 jeunes ont bénéficié de kits agricoles avant d’être installés à Siengo dans la zone Office du Niger.

Le comité technique d’orientation et de contrôle (CTOC) a approuvé le financement de 51 dossiers et a accordé sa garantie à 4 autres projets sur les 92 qu’il a reçus. Les projets non financés retournent à l’APEJ pour être améliorés en vue d’un financement, a promis Modibo Kadjoké. Le financement des projets s’élève à plus de 336 millions de Fcfa fournis presque en totalité par l’APEJ (332 millions de Fcfa).

L’apport personnel des jeunes s’élève à plus de 56 millions de Fcfa. La garantie du CTOC aux 4 projets a coûté à l’APEJ 15,4 millions de Fcfa. Le coût global des allocations versées aux jeunes, de mai 2005, date de démarrage du programme, au 30 juin 2008, s’élève à plus de 2,176 milliards Fcfa et la couverture sociale payée à l’INPS a coûté à l’Apej près de 62,3 millions de Fcfa. Dans le cadre du projet Moneygram, lancé par la Banque malienne de solidarité (BMS), l’Apej a contribué à l’installation des jeunes volontaires.


Presque la parité

A la différence du premier programme, le nouveau contient diverses innovations. La mise en place d’un nouveau logiciel a permis de déceler et de rayer de la liste les anciens volontaires qui tentaient de rempiler. Cette fois-ci, l’Apej a scellé un partenariat avec le ministère de l’Administration territoriale et des Collectivités locales qui va recevoir le gros lot du contingent 2008-09.

Les deux administrations ont travaillé à l’élaboration du programme qui prévoit le déploiement de 1400 volontaires sur les 2000 recrutés, dans les collectivités locales, contre 600 dans les administrations d’État. Le programme a, également pris en compte la question du genre et celle du handicap. La parité est presque établie puisque les femmes représentent environ 48% du contingent tandis que 30 places ont été réservées aux personnes handicapées.

Pour booster les initiatives de création d’emploi et de formation professionnelle, le ministre en charge de la question, Ibrahima N’Diaye, a promis de doter toutes les structures déconcentrées de son département, de budget conséquent pour leur permettre de dénicher davantage d’opportunités d’emplois et de les porter à la connaissance des jeunes.

Le chef de l’État a insisté sur la nécessité pour les jeunes qui vont bénéficier des kits de la Bourse de l’emploi et de la formation professionnelle de rembourser les prêts pour permettre de pérenniser l’initiative. Amadou Toumani Touré a relevé que les statistiques précédentes ont établi que seulement 2% des bénéficiaires s’acquittent normalement de leurs engagements. Ce taux n’est pas de nature à faciliter la poursuite des initiatives du genre.

Le président Touré a invité les jeunes volontaires à beaucoup d’ardeur au travail pour leur permettre d’acquérir de l’expérience. Il a invité les adultes à les accompagner à cet effet. « J’ai dit, lors du lancement du premier programme, que les jeunes n’ont pas été envoyés pour faire du thé, mais pour apprendre. Je réitère le même appel », a-t-il insisté.

La cérémonie s’est achevée par la remise du fanion des volontaires aux nouvelles recrues par le secrétaire général du bureau sortant de l’Association des volontaires, Mamadou Dionsan, et la visite des stands des kits, installés pour la circonstance sur l’esplanade du CICB.

A.O. DIALLO

10 Octobre 2008