Partager

jpg_20839.jpg
Le vice-président pour l’Afrique subsaharienne et l’Europe de l’Ouest, Thierry Tanoh, et la nouvelle directrice pour l’Afrique de l’ouest et du centre, Mme Yolande Duhem, de la Société financière internationale (IFC en anglais ou SFI) ont, au terme d’une visite de 72 heures dans notre pays, animé hier une conférence de presse dans les locaux de la Banque mondiale.

Au cours de cette visite, Thierry Tanoh et Yolande Duhem ont rencontré les autorités de notre pays dont le président de la République, Amadou Toumani Touré, le Premier ministre, Modibo Sidibé et plusieurs membres du gouvernement. Avec la presse, ils ont tiré le bilan de leur séjour dans notre pays et discuté de sujets qui intéressent particulièrement la Société financière internationale dans notre pays.

Membre du Groupe de la Banque mondiale, la SFI est une institution financière chargée de créer des opportunités pour aider les populations à combattre la pauvreté et améliorer leurs conditions de vie.

Elle favorise la croissance économique durable dans les pays en voie de développement et soutient des actions pour l’émergence d’un secteur privé dynamique à travers la mobilisation de capitaux privés, et en fournissant des services de conseil. IFC aide aussi à atténuer les risques pour les entreprises et les gouvernements, a précisé Thierry Tanoh.

« IFC est la source de financement multilatéral la plus importante pour les entreprises privées dans les marchés émergents », a-t-il souligné. Le capital social de l’institution est fourni par les 181 pays membres qui déterminent les lignes directrices de IFC et approuvent les investissements.

IFC a engagé 11,4 milliards de dollars soit environ 5700 milliards de Fcfa en fonds propres sur les projets au cours de l’exercice budgétaire de 2008 et a mobilisé 4,8 milliards soit environ 2400 milliards de Fcfa via des financements structurés. Elle a soutenu 372 projets dans 85 pays et a fourni des services de conseil dans 97 pays au cours du dernier exercice budgétaire, ont expliqué les conférenciers.

Un soutien multiforme

Depuis son premier investissement dans notre pays, l’institution de la Banque mondiale a mobilisé 152 millions de dollars soit environ 76 milliards de Fcfa sous forme d’investissements en faveur de notre pays dans les secteurs tels que l’agriculture, les mines et le tourisme. Les services de conseils d’IFC travaillent aussi étroitement avec le gouvernement afin d’améliorer le climat des investissements et avec le secteur privé afin d’intégrer les petits entrepreneurs dans le tissu économique du pays.

La stratégie d’IFC au Mali se concentre sur les actions visant à améliorer le climat des investissements, à fournir un plus grand soutien aux petites et moyennes entreprises, à chercher de façon proactive à diversifier l’économie à travers des investissements dans l’industrie agro-alimentaire, l’éducation, les marchés financiers, la fabrication et l’exploitation minière et le tourisme.

IFC fourni également un accès aux financements aux secteurs économiques mal desservis, a expliqué Thierry Tanoh.

Au terme de sa visite, celui-ci a souligné les avancées effectuées par notre pays pour améliorer le climat des affaires, même si, tempère-t-il, beaucoup reste à faire. En effet, notre pays a été classé 166è sur 181 pays dans le rapport Doing Business 2009 d’IFC qui classe les pays en fonction de la facilité à y mener des affaires.

« Nous sommes prêts à soutenir le Mali pendant cette période marquée par la crise financière et économique mondiale. Les domaines où nous pensons qu’il y a lieu d’intervenir sont l’amélioration du climat des investissements, le soutien aux PME, le développement de projets pour diversifier l’économie et l’accès au financement pour les couches démunies » a-t-il précisé.

La crise alimentaire et financière mondiale sont une opportunité pour l’Afrique de développer ses capacités de production pour être moins dépendante de l’extérieur, a jugé le vice-président pour l’Afrique subsaharienne et l’Europe de l’Ouest d’IFC. Dans cette perspective, il a préconisé de tabler sur l’expertise mondiale, les approches innovantes et les ressources pour répondre aux besoins et aux défis auxquels font face les acteurs du secteur privé dans notre pays.


Be COULIBALY

18 Décembre 2008