Partager

La  présence de stations d’essence telles que “Baye-Oil” et la “Station du 2e pont” pose de sérieux problèmes de sécurité et d’environnement dans le quartier Mali. Les autorités locales doivent certainement intensifier les contrôles et les inspections pour garantir que ces installations respectent les normes requises. Une réglementation stricte est essentielle pour protéger les citoyens et l’environnement tout en favorisant un développement urbain harmonieux.

A la limite de Badalabougou et du Quartier-Mali des petites stations, à l’image de « Baye-Oil » et la « station du 2e pont » obstruent la rue principale. Ces installations, érigées non seulement sur la voie publique mais aussi derrière des maisons, posent de graves risques pour la sécurité des résidents et suscitent l’inquiétude des autorités locales et des habitants.

Au cours des dernières années, le nombre de stations d’essence à Bamako a augmenté de manière exponentielle. Alors qu’elles étaient autrefois limitées aux principales artères routières, ces stations apparaissent désormais derrière les familles ou au milieu de la route. C’est bien le cas de Baye-Oil et la « Station du 2e pont ». Deux stations situées sur la route au quartier Mali et à quelques mètres seulement des habitations. Au regard de la réglementation, ces stations qui existent depuis plusieurs années, n’observent aucunement les normes de sécurité et environnementales. La présence de ces stations d’essence à proximité des maisons soulève plusieurs préoccupations majeures.

Il faut dire que l’ouverture de stations d’essence au Mali est soumise à une réglementation stricte visant à garantir la sécurité publique, la protection de l’environnement et la viabilité économique des installations. « Baye-Oil » et la « Station du 2e pont » respectent-elles les textes d’ouverture de station ? Un aperçu des principales conditions et procédures requises pour ouvrir une station d’essence au Mali montre à suffisance que les stations citées sont loin de respecter les normes.

L’ouverture d’une station d’essence au Mali est régie par un ensemble de règles et de réglementations visant à encadrer cette activité à haut risque. Ces exigences couvrent plusieurs aspects clés, notamment la localisation, les normes de sécurité, et les impacts environnementaux. Sur la localisation et le zonage, les textes exigent que les stations d’essence soient situées dans des zones désignées à usage commercial ou industriel, loin des zones résidentielles, des écoles, des hôpitaux, et des autres lieux sensibles. Une distance minimale doit être respectée entre les stations et les habitations pour minimiser les risques en cas d’incident.

Normes de Sécurité

Les stations d’essence doivent se conformer à des normes de sécurité strictes et d’impact environnemental. Une évaluation d’impact environnemental est obligatoire avant l’approbation de toute nouvelle station. Il s’agit de l’obtention d’autorisation administrative. Les textes mentionnent que toute personne ou entreprise souhaitant ouvrir une station d’essence doit obtenir une autorisation administrative délivrée par le ministère en charge de l’Énergie. Cette autorisation garantit que le projet respecte les normes et les réglementations nationales en vigueur. Ensuite une étude de faisabilité et sélection du site est nécessaire. En effet, la sélection du site est une étape cruciale et nécessite une étude de faisabilité approfondie. Cette étude doit prendre en compte plusieurs facteurs :

Emplacement stratégique

La station doit être située dans une zone accessible aux consommateurs tout en étant suffisamment éloignée des familles et autres écoles pour minimiser les risques. Le site choisi doit respecter les plans d’urbanisme locaux et les réglementations en vigueur. « Baye-Oil » et autres n’ont pas l’air de les respecter. Ensuite, les entrepreneurs doivent obtenir un permis de construction auprès des autorités municipales après soumission de plans détaillés. Si jamais les stations situées en pleine rue détiennent une autorisation d’un maire, c’est qu’elle l’a eu illégalement. Une fois la construction terminée, une licence d’exploitation doit être délivrée par le Ministère de l’Energie, qui vérifie la conformité aux normes avant l’ouverture de la station. Pour garantir le respect des réglementations et au regard du laisser aller dans le secteur notamment le cas de la rue….pourquoi les autorités n’intensifient elles pas les contrôles et les inspections des stations d’essence existantes et des nouvelles constructions ? Une équipe dédiée à la surveillance et à l’inspection régulière des stations d’essence est opportune pour s’assurer qu’elles respectent les normes de sécurité et environnementales. La stricte régulation de l’ouverture des stations d’essence au Mali est essentielle pour protéger les citoyens et l’environnement, tout en permettant un développement économique harmonieux.

Les usagers de l’axe expriment de plus en plus leur mécontentement face à cette situation. Face à la pression croissante des habitants, les autorités municipales de Bamako doivent annoncer des mesures afin de déguerpir ces stations de la route. La prolifération des stations d’essence est un problème complexe qui nécessite une réponse concertée des autorités, des résidents et des experts en urbanisme.

Affaire suivre !

Habib Beye

(Enseignant quartier-Mali)

Source: Maliweb