Partager


Le Bureau Politique National de l’Union pour la République et la Démocratie (BPN-URD) a organisé le samedi 9 août 2008 une série d’activités dont une conférence de presse sur “la vie du parti et les grandes questions d’intérêt national”, une conférence débat sur le “rôle de la jeunesse dans un parti politique” et une manifestation folklorique.

La conférence de presse tenue dans la salle Balla Moussa Keïta du Centre International de Conférences de Bamako était animée par M. Younoussi Touré président du parti. Cela fait un peut moins de deux ans que le BPN-URD n’a pas organisé une conférence de presse. La dernière fois que les dirigeants de l’URD se sont adressés à la presse remonterait à octobre 2006.

Des congrès constitutifs des Mouvements des Jeunes et des Femmes et de la 3ème conférence nationale du parti à aujourd’hui, le parti de la poignée de mains, l’emblème de l’URD, a vécu plusieurs autres évènements comme les élections présidentielles et législatives de 2007 et le 2ème congrès ordinaire d’avril 2008.

Les élections présidentielles et legislatives de 2007

Au plan politique l’année 2007 a été marquée au Mali par les élections présidentielles et législatives, temps fort de la vie politique d’une nation fidèle à l’engagement pris lors de sa 3ème Conférence Nationale du parti, l’URD a soutenu loyalement et fortement la candidature du Président Amadou Toumani Touré qui fut élu à la magistrature suprême dès le premier tour avec plus de 70%.

L’URD a oeuvré à cette réélection du Président de la République dans le cadre de l’Alliance pour la Démocratie et le Progrès (ADP) mise en place par 16 partis puis élargie à 43 partis engagés à accompagner le Président dans la mise en oeuvre du Programme de Développement Economique et Social (PDES).

Concernant les élections législatives, l’URD a présenté 80 candidats dont 42 sur listes propres et 38 en alliance. A l’issue des deux tours, le parti a obtenu 34 élus, dont le président du parti qui fut élu dès le premier tour à Niafunké avec son colistier Baba O. Boré.

Mais à la formation des groupes parlementaires, seuls 29 députés ont déclaré leur appartenance à l’URD. Ces élections, les premières de niveau national, auxquelles le parti prenait part, ont donné l’occasion à l’URD de renforcer sa position sur l’échiquier politique national en devenant la deuxième force parlementaire du pays derrière l’ADEMA.

Nous pouvons dire, sans risque de nous tromper, que le parti a adopté une bonne stratégie de campagne. Les alliances ont été judicieusement conçues, puisqu’elles ont été gagnantes dans plus de 80% des cas”, a dit le président Younoussi Touré. De l’avis général du BPN-URD les élections de 2007 se sont déroulées dans un climat apaisé. Le mérite en revient à tous les acteurs, à savoir l’Administration, les partis politiques et la société civile.

Cependant, pour raffermir davantage la démocratie malienne, les nombreuses insuffisances relevées devront être corrigées. A ce titre, l’URD salue la décision prise par le Chef de l’Etat de mettre en place une commission chargée de la relecture des textes fondamentaux de la République que préside Daba Diawara.

Le 2ème congrès ordinaire du parti

Le 2ème congrès ordinaire de l’URD s’est tenu au CICB les 26 et 27 avril 2008. Plus de 1000 délégués venus du pays profond et de l’extérieur ainsi que tous les hauts cadres du parti ont participé à ces assises. Le parti a également été honoré de la présence de M. Soumaïla Cissé, Président de la Commission de l’UEMOA, des Présidents des Institutions de la République, de plusieurs Hauts Cadres de partis amis de l’intérieur et de l’extérieur ainsi que de plusieurs ambassadeurs et membres du corps diplomatique.

Au sortir de ce congrès, le parti a procédé au renouvellement de toutes ses structures de la base au sommet, du comité au BEN en passant par les sous-sections (au nombre de 700) et les sections (au nombre de 72, y compris celles de l’extérieur).

Par ailleurs, nous avons, avec beaucoup de lucidité et de rigueur, procédé également à la relecture des textes fondamentaux du parti, à savoir la charte, le projet de société, les Statuts et le règlement Intérieur”, a précisé Younoussi Touré.

Selon lui, le credo de l’URD consiste à lutter contre l’émiettement du paysage politique en travaillant au regroupement des formations politiques, c’est le lieu de rappeler l’information donnée aux congressistes quant à l’adhésion à la famille URD de partis entiers après leur auto dissolution, de pans entiers de partis, de regroupements d’indépendants, ou d’élus ou de hauts cadres de partis.

Gestion des affaires publiques et conjoncture économique et sociale

L’URD participe activement à la gestion des affaires publiques dans notre pays : deux ministres représentant le parti de la poignée de mains, emblème de l’URD concourent au sein du gouvernement à la mise en oeuvre du PDES ; a l’Assemblée Nationale, les 29 députés du parti, organisés au sein du Groupe Parlementaire URD, font un travail remarquable au sein de la majorité ; au Haut Conseil des Collectivités, l’URD, la deuxième force politique de cette institution, dispose de 15 Conseillers Nationaux travaillant dans la bonne entente avec les autres partis.

Les difficultés auxquelles le Mali fait face sont nombreuses ; mais trois d’entre elles sont d’une ampleur exceptionnelle : La cherté de la vie ; la question de l’école et la rebellion à Kidal.

L’URD soutient et encourage le gouvernement pour les dispositions prises afin d’atténuer la hausse des prix des denrées de première nécessité. Cependant, ces mesures d’ordre temporaire devront être doublées d’une politique vigoureuse d’investissement, notamment dans le domaine de l’agriculture vivrière. C’est à cet titre qu’il faut saluer l’initiative riz.

En ce qui concerne la situation de l’école malienne, le Premier ministre en a fait un diagnostic courageux que les dirigeants approuvent. L’URD entend apporter toute sa contribution lors du forum qui sera organisé le mois prochain par le gouvernement au terme du moratoire en cours. L’URD se félicite du choix porté sur l’un de ses dirigeants, le professeur Salikou Sanogo, 6ème vice-président du BEN, pour organiser ledit forum.

La rébellion à Kidal menace dangeureusement l’unité et la stabilité du pays. L’URD estime que le dialogue engagé par le gouvernement avec la rébellion ne doit jamais conduire à la perte d’un pouce de notre territoire ou au retrait même partiel des forces armées et de sécurité nationale de la zone de Kidal.

Le plus grand défi pour l’URD reste alors de conserver et d’entretenir le capital de confiance et la sympathie dont jouit le parti jusqu’aux prochaines élections générales de 2012.

En effet, si les élections de 2007 ont été celles de la révélation, celles de 2009 et 2012 doivent être celles de la confirmation. Pour ce faire et pour atteindre l’objectif de hisser le parti au 1er rang, il doit maintenir et renforcer : unité et la cohésion au sein du parti ; la rigueur et l’organisation interne ; l’implantation du parti jusque dans les hameaux les plus reculés; le dynamisme des mouvements des Femmes et des Jeunes.

Au début de la rencontre, une minute de silence a été observée en la mémoire des militants rappelés à Dieu, notamment Pascal Baba Coulibaly, secrétaire politique de l’URD décédé il ya à peine deux mois.

Daba Balla KEITA

11 Aout 2008