Partager

Durant le mois de janvier dernier, les Forces armées maliennes (FAMa) ont maintenu la pression sur les Groupes armés terroristes (GAT) sur le terrain, sous-tendue par des recherches aériennes et terrestres, dans le cadre du Plan Maliko de l’Opération Kèlètigui.

Ces opérations ont été menées à travers 319 vols dont 162 d’appui-feu, 113 de reconnaissance. Mais aussi 30 vols de transport avec plus de 4.800 passagers dont deux prisonniers et 14 évacuations sanitaires impliquant 34 passagers. L’exécution correcte de ces missions a nécessité plus de 1.299 heures de vol.

Ces détails ont été donnés par le chef de la Direction de l’information et des relations publiques des Armées (Dirpa), le colonel-major Souleymane Dembélé, hier au cours de la traditionnelle conférence de presse mensuelle de l’Armée, tenue dans les locaux de son service. Dans son exposé, le conférencier a largement expliqué les contours des opérations militaires sur le terrain avant de rappeler les activités majeures menées au niveau du département en charge de la Défense et de l’état-major général des Armées durant le mois de janvier. 

Selon le patron de la Dirpa, la période de référence a été marquée sur le théâtre Est, par l’intensification de la surveillance aérienne et les reconnaissances offensives dans tous les secteurs avec les vecteurs aériens et des troupes au sol, notamment dans les zones de Kidal, Ménaka, Léré et Tessalit. Ces actions ont permis la neutralisation de plusieurs combattants terroristes, la destruction d’un nombre important de véhicules, de carburant et de matériels de guerre.

Au niveau du théâtre Centre, l’on note des attaques multiples notamment contre le poste FAMa de Diangassagou, le 8 janvier, une embuscade des GAT déjouée lors d’une reconnaissance offensive dans les secteurs de Tringa, Ouré-Seno, Ouré-Dina et Atara, avec un bilan de 23 terroristes neutralisés, deux autres capturés, des armes et plusieurs pièces de motos saisies.

À cela, il faut ajouter l’attaque terroriste déjouée et repoussée le 26 janvier à Kimparana (Région de San). Mais aussi, celles commises simultanément par plusieurs groupes terroristes, deux jours après, contre les villages de Fabacoura et Bouyagui-wèrè, faisant des victimes parmi les populations civiles, pillant leurs biens et emportant plusieurs têtes de bétails.

Dans le théâtre Sud, a expliqué le colonel-major Souleymane Dembélé, suite à l’attaque du poste de Mourdhia (Région de Nara), nos militaires ont intensifié les recherches qui ont permis de découvrir une base des assaillants à 50 km environ au sud-ouest de Guiré. «Deux frappes aériennes ont permis de neutraliser cette base, de neutraliser plusieurs combattants, de détruire des pick-up ainsi que des plots logistiques et d’équipements», a-t-il précisé.

Les FAMa sont plus que jamais déterminées à accomplir leur mission régalienne de défense du territoire, malgré la multiplication des attaques terroristes auxquelles elles font d’ailleurs face avec bravoure et professionnalisme, a assuré l’officier supérieur.

Le colonel-major Souleymane Dembélé a invité la presse à plus de patriotisme en évitant de partager les informations tendancieuses contre l’Armée nationale notamment sur les réseaux sociaux. Car, cela contribuerait tout simplement à renforcer les ennemis de la paix.


«Quotidiennement, nous recevons des informations dénuées de tout fondement et visant à entretenir l’intox, la désinformation, la propagande. Il en est de même pour des communiqués qui nous viennent de on ne sait où et qui focalisent les attentions», a-t-il dénoncé.  À ce propos, le chef de la Dirpa a invité les hommes des medias à diffuser des messages d’assurance à l’endroit de la population.

Aboubacar TRAORE

Source: L’Essor