Partager

La tension monte d’un cran à Abidjan depuis le départ des missionnaires de la Cedeao en début de semaine. Cette montée d’adrénaline est consécutive à l’appel à la mobilisation de Charles Blé Goudé aux jeunes Patriotes de Cote d’Ivoire, le Samedi 1er Janvier 2011, pour prendre d’assaut l’hôtel du Golfe, Quartier Général du nouveau Président démocratiquement élu Alassane D. Ouattara. Les pourparlers étaient pourtant bien engagés entre la Cedeao et le camp Gbagbo. A tel point que l’on se prenait déjà à rêver d’un retrait paisible des Refondateurs du Palais de la République. S’agit-t-il pour Blé Goudé de mettre une fois de plus la pression sur les émissaires de l’organisation sous régionale à bien réfléchir sur les décisions à prendre ? Cette actualité brûlante de la Cote d’Ivoire qui abrite les deux tiers des six (6) millions de maliens vivant à l’étranger, trouble le sommeil du ministre des Maliens de l’Extérieur Dr Alou Badra Macalou.

En effet, il était parmi les dirigeants de la Cedeao qui ont pris part, au nom du Chef de l’Etat empêché, au sommet d’Abuja, récemment convoqué pour statuer sur le problème Ivoirien. Le Mali est avec le Burkina Faso, les pays qui ont le plus de ressortissants qui vivent en Côte d’Ivoire. Et les ressortissants de ces deux pays payent le lourd tribut de toutes les secousses socio politiques qui la traversent. Notre pays n’a donc pas intérêt à ce que la situation sécuritaire de ses ressortissants lui échappe. C’est pour cette raison que malgré tout ce qui se dit sur la position du Mali concernant la crise qui secoue ce pays, le gouvernement malien, à travers le Ministre des Maliens de l’extérieur, n’a cessé d’échanger aussi bien avec les autorités diplomatiques et consulaires, qu’avec le Conseil des Maliens de Côte d’Ivoire pour coordonner les actions à prendre afin de sécuriser nos compatriotes.

La création d’une cellule de veille pour encadrer, sensibiliser et porter secours à nos compatriotes en danger s’inscrit dans ce cadre. Et depuis sa création, peu avant le 1er tour de la Présidentielle ivoirienne, jusqu’à nos jours, cette cellule a fait ses preuves et des rapports sont envoyés en tant réel à chaque fois, au Ministre Macalou par l’Ambassadeur du Mali en poste à Abidjan. La marche projetée par les jeunes Patriotes pro Gbagbo, pour déloger Alassane Ouattara de l’Hôtel du Golfe est au centre de ses préoccupations. Bien que sachant ses compatriotes sont commerçants pour la plus part, ou évoluant dans le secteur informel, ceux-ci sont toujours victimes des effets collatéraux de cette crise. « Nous sommes aujourd’hui à une dizaine de tués par balles dans cette crise, 25 détenus et des blessés par balle. Preuve que le Mali ne peut pas faire un double jeu dans cette affaire », nous confie un responsable de cette cellule qui est codirigée par le Gérant Intérimaire du Consulat Drissa Traoré et Hamet Diawara, Président du Conseil des Maliens de Cote d’Ivoire, le tout sous la supervision de l’Ambassadeur.

D’autre part, le Président Alassane Ouattara a prononcé un discours de «vœux à la Nation» depuis son QG, ce jeudi à hôtel du Golfe où il est retranché avec son gouvernement. Debout à un pupitre, en présence de son gouvernement dirigé par Guillaume Soro, il a souligné que «l`année 2010 se termine dans la tristesse et la désolation».»Des centaines de morts ont déjà été dénombrées. Et il y a hélas fort à craindre que ce décompte macabre ne révèle des découvertes plus terribles encore», a-t-il lancé.

De Gildas correspondant du Républicain à Abidjan

31 Décembre 2010.