Partager

Il faut noter que cette révolte vient du fait que les élèves des établissements publics veulent montrer que trop c’est trop ! Il s’agit bien de la non évaluation qui reste toujours le cheval de bataille pour les enseignants qui revendiquent catégoriquement la satisfaction de leurs doléances. N’est-il pas temps que le bras de fer entre le gouvernement et la Coordination des syndicats des Enseignants du Secondaire prenne fin?

La position du gouvernement

Par contre, le gouvernement, pour sa part, avait déclaré impossible la satisfaction des indemnités de logement dont la charge est insupportable par le budget de l’Etat. En outre, ce qui est le plus choquant et même injuste, c’est la rupture volontariste des négociations de la part des enseignants avec le gouvernement.

En tout cas cela n’est pas compréhensible car, dans notre pays, le dialogue a toujours été l’arme d’apaisement des uns et des autres malgré les énormes difficultés que nous vivons. Aujourd’hui, il appartient aux enseignants de reconsidérer leur position et de prendre conscience de l’avenir des enfants qui risquent d’être compromis.

S’agissant des indemnités de logement, elles ne doivent pas être une fin en soi. A supposer d’ailleurs qu’avec le gouvernement ce point avait fait l’objet d’accord le 17 juillet 2006. N’est-il pas incensé de la part des enseignants de ne pouvoir justifier cet accord avec les preuves palpables?

Les élèves dans la danse

Voilà que les élèves des écoles secondaires qui n’ont plus la patience sont entrés en colère. Puisque depuis la semaine dernière nous assistons aux sorties intempestive. Les différentes causes de ces sorties sont entre autres: la non évaluation, le non paiement des frais de stage de la 4ème année pour les écoles techniques. Aujourd’hui, il est vraiment incompréhensible que les enseignants refusent le dialogue.

Car, il s’agit de la sauvegarde de l’année scolaire 2007-2008. Mais à ce rythme, l’espoir est-il permis? En tout cas, quant au ministre des Enseignements Secondaire Supérieure et de la Recherche Scientifique M. Amadou Touré, il a souhaité compter sur tout un chacun pour sauver l’année. Selon lui, rien ne perdu à condition que tout le monde s’y mette de son côté pour jouer sa petite partition.

Situation à la FSJP

En dehors des écoles secondaires, à la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques, les enseignants ont également observé 24 heures de grève pour manifester leur mécontentement, arguant que le ministre s’est immiscé dans les affaires intérieures lors de la préparation des examens de la 2ème session. Ils demandent en contre partie que le ministre reconnaisse publiquement son tort. Mais avant, une commission de médiation avait été mise en place mais malheureusement, elle n’a pu avoir jusqu’a présent gain de cause. C’est pourquoi la rentrée qui devrait être effective hier a été boycottée par les enseignants au motif cité ci-dessus. En cas de non satisfaction de leur demande, ils préconisent d’ailleurs d’aller en grève illimitée.

Avant d’arriver à ce niveau, il est vraiment souhaitable que l’Etat envisage des mesures nécessaires afin que les enseignants reviennent à la raison. Car, il y va de sauvetage de cette année universitaire 2007-2008, il en est de même que pour les écoles secondaires. En tout cas l’Etat est interpellé.

Hady BARRY

06 mai 2008