Partager

Le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, a reçu, hier au Palais de Koulouba, une délégation du Conseil national du patronat du Mali (CNPM), conduite par son président Mossadeck Bally.

La délégation du CNPM était venue rendre, au chef de l’État, les conclusions des cinq groupes de travail mis en place dès l’installation de l’actuel bureau en octobre 2022. Ces groupes ont planché sur les cinq facteurs de compétitivité de l’économie, à savoir l’énergie, les ressources humaines, les infrastructures, la fiscalité et le financement.

«Nous avons fait une synthèse au chef de l’État des principales recommandations de ces cinq groupes de travail. Nous avons confirmé que nous étions disponibles pour son cabinet et ses conseillers pour organiser des réunions de restitution en profondeur», a expliqué Mossadeck Bally, à sa sortie d’audience. Selon le président du CNPM, pour qu’une économie soit attractive et attire des investisseurs étrangers et nationaux, il faut de l’énergie. Or, «nous sommes en pleine crise énergétique», a-t-il déploré, avant d’attirer également l’attention sur la nécessité de réaliser des infrastructures à travers le pays et de bien former les jeunes. En effet, selon le premier responsable du Patronat malien, «nous avons des formations qui ne sont pas du tout en adéquation avec les emplois que créent nos entreprises».

Aussi, a-t-il prôné une meilleure répartition de la fiscalité dans notre pays. «La particularité du Mali est qu’on a une injustice fiscale. 10% des entreprises payent 90% des impôts. Il faut élargir l’assiette fiscale notamment dans le domaine du foncier qui n’est pas du tout fiscalisé», a fait savoir le président du CNPM. S’agissant du financement, il a indiqué qu’actuellement le secteur bancaire vit une crise de liquidité. Pour cause, la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) a décidé de resserrer le crédit.

Mossadeck Bally a confié que le président de la Transition a été à l’écoute et a souhaité que des rencontres de ce genre se multiplient afin de permettre au monde économique de notre pays de remonter au plus haut sommet de l’État ses préoccupations. Selon lui, cette rencontre a été instructive pour la délégation du CNPM. Depuis plus d’une décennie, l’économie malienne subit des chocs multiples qui l’ont fragilisée. Partant de ce constant, Mossadeck Bally a estimé qu’il était important pour le Conseil national du patronat de venir échanger avec le président Goïta et voir dans quelle mesure s’atteler à relancer cette économie. Mais aussi créer les centaines de milliers d’emplois dont notre pays a besoin chaque année. 

Ces échanges avec le chef de l’état se sont déroulés en présence du ministre de l’Économie et des Finances, Alousséni Sanou, et de son collègue de l’Industrie et du Commerce, Moussa Alassane Diallo.

Babba COULIBALY

Source: L’Essor