Partager

Franchement, quand j’ai écouté la radio ce matin, je n’ai pas pu m’empêcher de rire !

Depuis quelques jours, voyez-vous, sur les ondes de la radio étrangère la plus écoutée au Mali, on ne parlait plus que du candidat Tiéblé Dramé. Et pourquoi cela ? Oh, mais parce qu’il a demandé un report de la date de l’élection présidentielle fixée au 28 juillet auprès de la cour constitutionnelle par le biais d’une requête, nonobstant le rôle qu’il a joué dans la signature des accords de Ouaga.

A l’antenne, la speakerine a pris le temps de lire tous les passages de la loi invalidant cette demande, au cas certainement où le président de la cour constitutionnelle du Mali ne saurait ni lire ni écrire.

Dans la foulée, à Dioncounad Traoré, président intérimaire de la république, de rassembler les vingt-huit candidats à la présidentielle pour leur faire la leçon : bien se conduire lors de la campagne et surtout, accepter sans broncher les résultats de l’élection à venir.

Concomitamment, le ministre français des affaires étrangère délivre un message à ce même média : tout report de cette échéance électorale est simplement inenvisageable. Pas après avoir réussi le coup de force que fut la signature de ce « magnifique accord »! Un triomphe encore jamais vu ! Selon Fabius, leurs amis du Mnla « et autres » n’ont aucune raison de refuser la tenue de cette élection, car seul un président élu, n’est-ce pas, pourra accorder « l’autonomie » ou « une décentralisation approfondie, que sais-je »?

Car, assure encore cet étranger, «il faut bien régler le problème touareg » !

C’est toujours plus facile chez les autres…


Pourquoi donc nous jouer cette triste représentation ?

Voilà à quoi tout ce cirque médiatique rimait : à vendre l’après-élection au peuple malien et à dédouaner Dioncounda & Co de la suite des événements. Ils ont si bien travaillé pour la France !

La date de l’élection présidentielle est bel et bien inscrite dans cet accord signé où nos intérimaires ont cédé sur tous les points, rabaissant un pays entier au niveau de petits groupuscules armés.

On se moque tellement du peuple malien, qu’on ne prend plus de gants et aucun soin pour affiner les stratégies.

A se demander si seulement il y avait réellement quelqu’un pour défendre le Mali autour de le table des ces fameuses « négociations » dans un pays qui a perdu la guerre contre le Mali, avec des gens qui n’ont réussi à occuper Kidal qu’à la faveur de l’opération serval et qui depuis harcèlent les populations des autres communautés, faisant étalage de leur mépris sans susciter la moindre désapprobation de la part de leurs amis.

Cette terre, que les médias occidentaux désignent abondamment comme étant le « berceau des touaregs » l’est également pour les autres communautés originaires de la région de Kidal.

Il est temps de devenir un peu sérieux dans ce pays. Le Mali mérite bien mieux que ça.

Anwka Ikallen

10 juillet 2013