Partager

Maliens et maliennes, nous avons tort de nous asseoir et de laisser perdurer la situation de Kidal. Qu’est-ce que la situation de Kidal : c’est de savoir que ceux qui ont porté l’humiliation chez nous, porté atteinte à notre dignité, notre honneur, nous ont jeté en pâture à la moquerie du monde entier, délibérément et froidement tué des soldats maliens désarmés soient encore sur notre territoire à nous narguer en toute quiétude.

La situation de Kidal, c’est le MNLA, le banditisme, le terroriste à Kidal au vu et au su du gouvernement malien, de l’armée malienne, des intellectuels maliens, du peuple malien. Souvenons-nous que le MNLA s’est volontairement constitué en cheval de Troie pour permettre aux excités de nous darder l’humiliation de voir les photos des cadavres de nos soldats martyrs diffusés sur Internet, de voir jetés nos parents dans des camps de refugiés, de voir n’importe qui nous dire n’importe quoi. Nous avons tort de laisser le gouvernement dans son égarement en essayant de justifier l’absence de l’armée à Kidal par des propos aussi infondés que peu probables. L’absence de « logistique » ne peut pas expliquer l’absence de l’armée malienne à Kidal pour quelqu’un qui n’a que ne serait-ce qu’une seule dose d’intelligence.

Qu’est-ce qui est difficile : transporter des engins hyper-lourds de derrière l’océan ou chercher quelques bicyclettes et fusils de chasse pour se rendre à l’autre bout du village ? La vérité de cette situation saute aux yeux : ça ne peut être que la France qui empêche l’armée malienne d’accéder à Kidal et le gouvernement s’évertue à trouver des explications qui ne tiennent pas la route. Mesdames et messieurs, concédons de bonne foi au gouvernement qu’il n’aimerait pas voir le MNLA_comme nous tous_se pavaner sur notre territoire après tout ce dont il s’est rendu coupable ; concédons de bonne foi à l’armée malienne qu’elle serait contre tout autre traitement en dehors du traitement que mérite le banditisme du MNLA ; alors qu’est-ce qui expliquerait cette passivité coupable ?

A y voir de très près, on ne peut s’empêcher de subodorer la France et toutes les preuves l’indexent : son entrée en solo à Kidal en l’absence du peuple malien (l’armée malienne) conformément à une revendication des vrais terroristes (les gens du MNLA), sa passivité vis-à-vis des terroristes du MNLA à Kidal. A y voir de très près, l’on a du mal à faire ressortir la limite entre les français et certains de nos ennemis. On a de la peine aujourd’hui à voir la différence entre les ennemis du Mali (le MNLA et ses excités de complices) et la France à part la déclaration du ministre français des affaires étrangères qui soutient l’absence de toute connexion avec les terroristes du MNLA.

Mais pourquoi donc la France pousse le Mali à aller aux élections alors que Kidal n’est pas propre, en maintenant les détritus à l’intérieur de Kidal allant jusqu’à dire qu’ils le contrôlent (d’après le ministre des affaire étrangères de la France). Nous aurons tort de nous asseoir et de laisser le banditisme égarer nos alliés, nous aurons tort de laisser le gouvernement continuer à tâtonner concernant la situation de Kidal. Il faut que nous nous réveillions, que nous manifestions notre désapprobation de cette situation inacceptable de Kidal, que nous instruisions au gouvernement d’envoyer illico presto notre vaillante armée à en découdre avec les vrais terroristes. Si le gouvernement devrait refuser cette mission, il faudrait que chaque jeune malien en âge de se battre se prépare pour marcher sur Kidal s’il le faut pour réduire l’inacceptable.

En attendant, nous à l’ADM (Association pour le Développement du Mali) déclarons que :

– Considérant que la crise malienne a été préméditée, planifiée et exécutée par le MNLA et ses complices ;

– Considérant le crime impardonnable commis par le MNLA et ses complices sur des soldats maliens à Aguelhok ;

– Considérant que la France n’a eu mandat que d’aider le Mali à éradiquer le terrorisme sur son territoire, représenté par le MNLA et ses complices ;

– Considérant que l’attitude des forces françaises à Kidal (entrée à Kidal sans l’armée malienne en se conformant à l’ordre du MNLA) demeure confuse et incomprise du peuple malien ;

– Considérant que l’armée malienne a pour devoir de garantir l’intégrité territoriale du Mali et doit pouvoir se rendre à cet effet partout sur le territoire malien ;

– Considérant que l’armée malienne n’est pas toujours à Kidal ;

Nous, Association pour le Développement du Mali A.D.M

– Dénonçons l’absence coupable de l’armée malienne à Kidal

– Dénonçons l’inertie coupable des autorités maliennes face à cette situation inacceptable

– Dénonçons la passivité coupable des forces françaises vis-à-vis des terroristes du MNLA.

Nous demandons donc aux autorités maliennes de donner l’ordre à l’armée malienne de se rendre immédiatement à Kidal et d’y réduire toute résistance. Nous en appelons à la vigilance et à l’intransigeance du peuple malien pour Un Peuple, Un But, Une Foi.

Dr Samou DIARRA

Président de l’ADM

22 Mai 2013