Partager

Dans la journée du samedi 10 mars, plusieurs informations faisant état du contrôle du camp militaire de Tessalit par l’armée nationale ont circulé au grand bonheur des Maliens.

Malheureusement, cette joie n’aura été que de courte durée car, hier dimanche 11 mars dans l’après midi, comme un couperet, la nouvelle selon laquelle les bandits armés auraient pris le contrôle du camp de Tessalit s’est propagée, telle une trainée de poudre. Cette information a vite été démentie par l’armée malienne qui soutient que des combats se poursuivent toujours. Moussa Salam, un responsable de la rébellion a déclaré à l’AFP : « Nous avons pris le contrôle du camp militaire de Tessalit.

Il n’y a pas eu beaucoup de victimes, nous avons fait quelques dizaines de prisonniers ». Un autre responsable rebelle, toujours par le biais de l’AFP, déclaré : « Nous avons renforcé notre position dans le secteur ». Sachant les bandits armés très alertes à communiquer le bilan des différentes attaques, le manque de statistiques pourrait jeter un pavé dans leur déclaration.

Mais toujours est-il que, selon plusieurs témoignages concordants, les soaldats maliens ont quitté le camp militaire qu’ils disputaient aux rebelles pour se retrouver en territoire algérien.

Les difficultés rencontrées par les soldats maliens s’expliqueraient par le fait que les bandits armés ont miné toute la zone si bien que tout mouvement reste périlleux.

C’est pourquoi, la riposte aérienne semble être la seule alternative qui s’offre à l’armée nationale pour reprendre le contrôle de cette localité stratégique car constituant un verrou pour la ville de Kidal que les bandits projettent de faire la capitale de leur illusoire « République de l’Azawad ».

Diakaridia YOSSI

12 Mars 2012