Partager

Alors que plusieurs indices laissent craindre une détérioration de la situation humanitaire, Oxfam continue d’augmenter ses actions dans la région de Kayes afin d’être en mesure d’apporter une aide vitale aux populations vulnérables touchées par l’insécurité alimentaire. C’est ainsi que dans le cadre de sa réponse d’urgence à la crise alimentaire et nutritionnelle 2012 dans la région de Kayes, l’organisation internationale a initié un programme de transfert monétaire direct pour permettre à environ 2000 ménages vulnérables des communes de Gory et Guindime (Cercle de Yélimane) de couvrir leurs besoins essentiels en nourriture, santé et éducation.

Les principes directeurs d’Oxfam pour la réponse aux crises alimentaires encouragent des alternatives à l’aide alimentaire lorsque cela convient et que c’est faisable. Parmi ces alternatives figurent les bons à valeur monétaire et bons pour nourriture, les programmes argent-contre-travail, les distributions ou remises d’argent liquide, l’appui au marché, et l’appui à la production (pour l’agriculture et le bétail).

Elle a envisagé des interventions impliquant de l’argent liquide, comme alternative ou complément à une aide alimentaire. Raison pour laquelle Oxfam a fait des interventions de transfert monétaire dans le cadre de sa réponse aux besoins des communautés en proie à une insécurité alimentaire chronique résultant de la mauvaise saison pluvieuse de l’an dernier. Le programme de transfert monétaire direct a le but suivant : accroître le pouvoir d’achat des personnes affectées par des catastrophes pour leur permettre de répondre à leurs besoins alimentaires et non alimentaires minimaux; ou aider ces personnes à recouvrer leurs moyens d’existence.

De ce fait, elle a organisé une visite de terrain avec la presse dans la région de Kayes du lundi 29 octobre au jeudi 1er novembre. Au cours de cette visite, la délégation d’Oxfam et les journalistes ont constaté de visu le transfert monétaire direct avant de rencontrer les communautés touchées par la crise.

La première étape de cette visite a commencé à Dioncoulané où 269 bénéficiaires venues de cinq villages environnants ont reçu chacune la somme de 50 000 FCFA ou 52 000 FCFA par le biais de la microfinance Nyèsigiso. A Yélimané, cette distribution a profité à plus de 528 ménages de dix villages de Gory et Guidime avec l’un des partenaires financiers, la BDM SA.

Au total, pendant trois mois, chaque ménage a reçu 33 000 FCFA en août, 33 000 FCFA en septembre et 50 000 FCFA en octobre, cela dans le cadre d’un partenariat entre Oxfam et l’Office humanitaire de la communauté européenne (ECHO). Toutes ces bénéficiaires ont reçu de l’argent par le biais de l’institution de micro-finance Nyèsigisso et la BDM SA.

Kagni Kanté, une veuve originaire de Dioncoulané ayant bénéficié du programme d’affirmer : « Cette aide de Oxfam est venu pour soulager les pauvres. Les deux mois précédents nous avons reçu 30 000 et 32 000 FCFA de la part de cette organisation. En tant que mère de sept enfants, je vis avec ma coépouse et neuf autres enfants. Cette aide nous servira à acheter des vivres tels que le riz, l’huile et la viande pour nourrir toute la famille ».

Bandiougou DIABATE

Envoyé spécial à Kayes

5 novembre 2012.