Partager

Yery Bocoum et Malick Konaté, respectivement responsable des mouvements, « Ça suffit » et « Trop, c’est trop » ont été agressés physiquement hier devant l’Office de radiodiffusion télévision du Mali (ORTM) par des «Loubards ».

« Quiconque fera une manifestation à l’Office de radiodiffusion télévision du Mali nous trouvera sur son chemin », disaient-ils.

Initialement prévu à 9 h, le sit-in des deux organisations de la société civile, « Trop c’est trop », « Ça suffit ! », devant l’ORTM pour exiger un traitement équitable de l’information sur la chaîne nationale a plutôt commencé à 8 h hier. Comme d’habitude, une centaine de jeunes sont venus avec de banderoles scandant la démission du directeur de l’ORTM, Sidiki N’Fa Konaté pour sa position de partialité dans la couverture médiatique des activités de la Plateforme « An tè, A Banna. Touche pas à ma constitution ». Les jeunes ayant obtenu une autorisation de manifestation, ont le chemin de la chaine nationale. La logique, selon les manifestants, étaient pacifique. Mais à la grande surprise, une dizaine de «loubards » est venue freiner les jeunes dans leur élan. « C’est une fuite en avant de la part de l’autorité. Dans un Etat de droit, je pense que la liberté de manifester est reconnue. Mais lorsqu’on est venu à 8h, nous avons retrouvé des jeunes « gros bras » habillé en blanc pour barricader l’entrée de l’ORTM.

Un nombre aussi important que la police nationale supposée encadrer la manifestation. Sous l’œil vigilant des porteurs, les loubards ont agi comme bon leur semble. Les policiers n’ont pas maintenu de l’ordre. D’ailleurs le commissaire du 3e arrondissement s’est laissé emporter. C’est pourquoi j’ai été agressé en compagnie de mon collègue Malick Konaté », a raconté Yéry Bocoum. Mais, dit-il, c’est une diversion. « Notre combat demeure unique. Touche pas à ma constitution », ne bénéficie pas les services de l’ORTM. Toutes les séries d’activités que nous avons tenues n’ont été couvertes par la chaine nationale. Elle reste monopoliser entre les mains des dirigeants. Alors que l’ORTM fonctionnement sur contribuables Maliens. L’égal accès aux médias d’Etat est un droit reconnu. C’est pourquoi il y a le comité national de l’égal accès aux médias », a lâché le président du mouvement « Ça suffit », Yéri Bocuoum.

Selon lui, même si Sidiki N’Fa Konaté est un militant du parti au pouvoir, la loi lui exige un traitement équitable de l’information sur la chaîne publique.
Malick Konaté qui a pu rentrer en contact avec ses objets grâce à l’intervention d’un colonel de la garde nationale, a remercié le sens élevé de militantisme de ses camarades. « Malgré la présence de ces forces dissuasives, les manifestants ont tenu le sit-in. L’objectif était d’empêcher la manifestation. C’est pourquoi, ils ont pris à partie quelques responsables », a dénoncé Malick Konaté.

Pour lui l’objectif n’est pas les loubards, mais demander à l’ORTM un égal accès au média d’Etat. « L’ORTM est là pour le service public. C’est nos impôts et taxes qui permettent à l’ORTM de fonctionner », explique Malick Konaté. Selon lui, aujourd’hui, la prise de partie de la chaîne publique dirigée par Sidiki N’fa Konaté, est patente dans le processus de révision constitutionnelle en cours au Mali. « Notre action se poursuivra jusqu’à la démission du directeur général et la libération totale de la chaîne nationale ».

Bréhima Sogoba

L’Indicateur du Renouveau du 20 Juillet 2017