Partager

Dans la nuit du 3 au 4 juillet, Tamba Fofana, comptable à l’agence Thiam Counda de Sikasso, une société de transfert d’argent, s’est emparé du contenu du coffre-fort de sa société évalué à 5.720.000 FCFA. Le lendemain, il ira lui-même faire la déclaration de vol au niveau du commissariat de police du premier arrondissement de Sikasso. Moins d’une semaine après le forfait, le Commissaire adjoint, Jean-Marie Drabo, à la tête d’une équipe mise sur pied à cet effet, a mis le grappin sur Tamba Fofana et ses complices à Sikasso et Bamako.

Avec la conjoncture actuelle, on assiste, de plus en plus, toutes sortes de délits : vol à main armée, assassinat et même simulacre de vol. Et c’est à ce dernier cas que les limiers du premier arrondissement de police ont eu affaire.

jpg_coffre-fort.jpgEn effet, selon le rapport de police, dans la matinée du 3 au 4 juillet, Tamba Fofana, comptable à la société de transfert d’argent, Thiam Counda, est venu faire une déclaration de vol à son bureau. Après, l’inspecteur de permanence s’est rendu sur les lieux pour faire le constat, à partir duquel, une équipe d’enquête a été mise sur pied par le Directeur régional de la police et le Commissaire divisionnaire Diotigui Diabaté. Cette équipe était composée, outre le Compol Jean Marie Drabo, de l’inspecteur Mohamed Dembélé et du chef de la Brigade de recherches, Samuel Poudiougou.

Le flair du policier a conduit à un second constat, le 6 juillet et c’est là que de sérieux soupçons ont été émis. « Nous avons remarqué que c’est après avoir vidé le contenu du coffre-fort que le comptable et ses complices l’ont percé. D’ailleurs, les retouches faites à l’intérieur l’attestent. Car, si un voleur a besoin de défoncer un coffre-fort pour enlever le contenu, il n’a plus besoin de vouloir le remettre en l’état » confie le Compol Jean Marie Drabo.

C’est à partir de ce deuxième constat que les ennuis du comptable ont commencé. En effet, l’équipe de limiers constituée pour faire la lumière sur cette troublante affaire a décidé de l’interpeller. Après un interrogatoire musclé, il a été confondu et a fini par avouer son forfait.

D’après plusieurs témoignages, le comptable Tamba Fofana ne serait pas à son premier coup. De nombreuses tentatives avortées avaient, auparavant, eu lieu.

Pour réussir ce dernier coup, qui a d’ailleurs été fatal à lui et ses nombreux complices, Tamba Fofana s’était offert les services de plusieurs personnes. D’abord, il est allé voir un charlatan du nom de Aboubacar doromè kelen (il prend cinq francs pour rendre des services mystérieux) qui l’aurait rassuré de la réussite de l’opération.

Ensuite, il a recruté les frères Coulibaly (Dramane et Oumar) pour maquiller certaines traces sur la partie du coffre-fort constituée de béton armé, Djiré, un tôlier qui a, à son tour, apporté sa touche sur le coffre. A Bamako, il a remis de l’argent à un certain Mohamed Niangadou, qui était chargé de lui chercher d’autres mercenaires.

Deux loubards, Abdoulaye Ouologuem et Dassa, ont été mis à contribution. Ces deux sont très connus dans les annales de la Brigade de recherches du commissariat du 7ème arrondissement de police de Bamako. Ils opèrent dans la zone de l’autogare de Sogoniko et ont la triste célébrité d’avoir la gâchette facile.

« J’ai conduit une mission composée de Samuel Poudiougou, de l’inspecteur Dembélé et du sergent chef Djibrilla Mariko le 9 juillet à Bamako. Nous les avons piégés en leur proposant de l’argent pour faire un autre coup.

Les éléments de la Brigade de recherches du 7ème arrondissement de police de Bamako nous ont prêté main forte pour arrêter ces deux malfrats qui, au demeurant, sont très dangereux » a déclaré le Commissaire adjoint, Jean Marie Drabo.

Au total, l’équipe de choc dirigée par Drabo a réussi à mettre la main sur Tamba Fofana, ses complices Samba Diallo, Dramane Coulibaly, Soumaïla Fané, Oumar Coulibaly, Alou Badra Dagnoko et Djiré à Sikasso, et Abdoulaye Ouologuem, Dassa et Mohamed Dagnoko à Bamako.

D’après le Commissaire Drabo, une partie de l’argent volé a été retrouvée dont un million de FCFA sur un ancien collaborateur du comptable. « L’enquête qui a été ouverte se poursuit et le dossier sera bientôt transmis au parquet » ont indiqué les sources policières.

Arrivé à Sikasso, il y a de cela huit mois, Jean Marie Drabo a été nommé adjoint au Commissaire du 1er arrondissement en avril 2010. Depuis, en synergie avec ses collègues, il abat un travail titanesque quant à la protection des personnes et de leurs biens.

Seulement, il déplore l’insuffisance de matériels roulants pour les patrouilles et le manque de collaboration des populations sans l’aide desquelles, les immenses efforts consentis seront vains.

Diakaridia YOSSI

20 Juillet 2010.