Partager

Le président de l’Asma n’est pas du genre à s’en laisser conter et se prépare activement pour compter dans le nouveau Mali, quels que soient les schémas et cas de figure. C’est une lecture plausible, en tout cas, des démarches que plusieurs sources lui attribuent dans le puzzle des représentations et apparentements au niveau du nouvel organe législatif très attendu depuis le début de la Transition. Il nous revient, en clair, que l’ancien Premier ministre se bat bec et ongles pour faire siéger au Conseil National de Transition tous les députés déchus de sa région d’origine, indépendamment de leur obédience politique : de Bourem à Ansongo en passant par Gao. On ne saurait dire par le truchement de quel quota compte t’il s’y prendre, mais la démarche s’apparente selon toute évidence à une très habile entreprise de débauchage aux dépens des formations respectives des députés ciblés. D’autres observateurs avertis y voient par ailleurs un positionnement de Soumeylou Boubèye Maïga pour le contrôle de la région, dans la perspective notamment de la régionalisation annoncée avec la mise en œuvre du nouveau schéma institutionnel que préconise l’Accord pour la paix et la réconciliation. Toutes choses que corroborent du reste l’émergence de la toute première télévision privée de Gao dont la paternité lui est prêtée.

La Rédaction

Source: Le Témoin