Partager

Le quartier Sanoubougou II de Sikasso, situé au bord du marigot Lotio, a été submergé mercredi dernier suite à des pluies diluviennes qui se sont abattues sur la capitale du Kénédougou pendant plus de 6 heures d’horloge.

jpg_une-994.jpgPendant de longues heures, les éléments de la Protection civile et des forces de sécurité, aidés par des bras valides du quartier, se sont évertués à sauver les populations en détresse, surprises par les eaux. En attendant que des statistiques fiables soient établies, on peut constater que de nombreuses maisons en banco se sont écroulées, sans faire heureusement de perte en vie humaine.

Des morsures de serpents entrainés par le courant ont été également enregistrées. Le chef de l’exécutif régional de Sikasso, Ibrahim Féfé Koné, accompagné des autorités municipales, s’est rendu sur les lieux dès l’annonce de la nouvelle pour exprimer sa solidarité aux victimes qui ont perdu leurs maisons et beaucoup de biens. Les membres de la délégation ont également invité les habitants dont les maisons en banco ont les pieds dans l’eau, à les abandonner rapidement. Il faut rappeler qu’une inondation semblable avait frappé ce quartier il y a une dizaine d’années dans les mêmes conditions.

A l’époque, les autorités avaient décrié la construction d’une concession sur les berges du marigot Lotio, une construction qui obstrue le passage des eaux. Mais le propriétaire de la concession qui détiendrait un titre foncier, n’a pas voulu s’en aller. Si une solution n’est pas trouvée au passage des eaux, il faut s’attendre à des inondations chaque fois que des précipitations fortes vont tomber sur la ville, ont averti des spécialistes que nous avons rencontrés sur les lieux. Avec certainement des conséquences aussi graves.

Fousseiny Diabaté (AMAP Sikasso)

L’Essor du 27 août 2012