Partager

Le leader de la CODEM, l’honorable Housséinou Amion Guindo dit Poulo, candidat aux législatives 2013, fait aujourd’hui l’objet d’une forte adversité dans le Kénédougou. Le week-end dernier, au moins 7 ministres RPM ont mis le cap sur Sikasso et ses environs avec les moyens de l’Etat pour barrer la route à Poulo et sa liste.

Selon des sources concordantes, c’est sous le prétexte de la journée des femmes rurales de Farakala (dans le cercle de Sikasso) que de nombreux ministres issus du RPM ont lancé « une campagne de déstabilisation de la candidature de Poulo » aux législatives prochaines. Ce sont les ministres Ousmane Koné, Mohamed Diarra, Ousmane Ag Rhissa, Bokary Tereta, Mme Sangaré Oumou Bah, Mme Berthé Aïssata Bengaly, Bruno Maïga. Ils ont profité de leur séjour dans le cercle de Sikasso pour faire le porte-porte, animé des rencontre sportives, des réunions avec les opérateurs économiques, les jeunes et les femmes pour prêcher un discours clair : faire tout pour que la liste CODEM-ADEMA-MIRIA (porté par Housséini Amion Guindo dit Poulo) ne gagne pas. Ce qui révolte certains observateurs de la région, c’est que ces membres du gouvernement se servent des moyens de l’Etat pour ces activités politiques qui plus est contre un allié du pouvoir IBK. Les ministres auraient utilisé de gros moyens avec un déploiement d’importantes ressources humaines dont des chefs de cabinet pour faire leur campagne. Pour eux, la seule liste digne d’intérêt est celle du RPM-FARE-MPR.

Pis, sous des arguments régionalistes genre « le président de la CODEM n’est pas un fils de Sikasso « ces cadres de l’Etat en missions auraient versé dans l’intimidation, des menaces, des médisances et des dénigrements pour mettre en garde les électeurs qui pourraient voter en faveur de la liste CODEM-ADEMA-MIRIA.

Selon nos informations, un confrère directeur de publication d’un journal serait l’un des maîtres d’œuvre de cette campagne d’acharnement du leader du parti de la quenouille.

Il est fait cas de menaces de relèvement de certains directeurs régionaux qui ne roulent pas pour la liste du parti du tisserand. Idem pour des opérateurs économiques qui sont démarchés pour appuyer les candidats opposés à Poulo et ses alliés. Les responsables de la CODEM de Sikasso dénoncent avec véhémence cet acharnement contre la candidature de leur leader avec un usage abusif des moyens de l’Etat. « IBK avait interdit que des moyens de l’Etat soient utilisés en faveur d’un camp pour démolir un autre. Il est interpellé « , a martelé un cadre du parti de la quenouille.

Bruno D SEGBEDJI

L’Indépendant du 14 Novembre 2013