Partager

La signature d’un nouvel Accord de partenariat économique (APE) est dans l’impasse. Les députés de la Cédéao sont réunis depuis hier dans notre capitale pour tenter de débloquer la situation.

Une réunion de quatre jours ouverte mardi dans notre capitale a été convoquée par la Commission commerce, douane et libre circulation des personnes par le Parlement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao). Les députés communautaires tiennent à dire leur mot sur l’adoption d’un Accord de partenariat économique (APE) entre l’Union européenne et les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP).

La question est d’importance pour les parlementaires ouest-africains, qui ont pour souci de s’en approprier pour peser de tout leur poids et surtout leur légitimité pour défendre les intérêts des populations au cours des négociations.

Les travaux des députés de la Cédéao seront émaillés d’éclairages des experts et de personnalités de la société civile assistée d’une forte délégation du secrétariat général du Parlement de la Cédéao. Depuis 2007, les députés de la Cédéao se sont impliqués dans le processus d’adoption de l’APE. Ils ont déjà tenu plusieurs réunions sur le sujet.

La réunion de Bamako permettra aux parlementaires de juger de l’impact de leur implication à travers des informations fournies aux participants sur l’état d’avancement des négociations. Ils profiteront ainsi de l’expérience de collaboration des intervenants de la société civile, des experts nationaux pour mieux se préparer à jouer leur rôle dans la conclusion d’un APE équitable et porteur de développement.

La cérémonie d’ouverture était placée sous la présidence de Dioncounda Traoré, président de l’Assemblée nationale, en présence des membres de la Commission venus d’autres pays de la sous-région et des députés maliens membres du Parlement de la Cédéao. Les débats sont dirigés par le président de la Commission, le député Bissau-Guinéen, Manuel Serifo Nhamajo.

Le Parlement de la Cédéao qui siège à Abuja au Nigeria, a été créé par le protocole A/P.2/8/94 du 8 août 1994. C’est ici même à Bamako qu’il a tenu sa session inaugurale en novembre 2001, sous la présidence du président de la République de l’époque, Alpha Oumar Konaré. Le Parlement a eu comme premier président Pr. Ali Nouhoum Diallo, alors président de l’Assemblée nationale du Mali.


Abdrahamane Dicko

02 Juillet 2008