Partager

Le gouvernement du Soudan du Sud et les rebelles qui s’affrontent depuis la mi-décembre ont signé jeudi soir un accord de cessez-le-feu, une première étape pour tenter de mettre fin à un conflit qui a déjà fait des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés. Le président américain Barack Obama a salué la signature de ce cessez-le-feu, le qualifiant de « première étape cruciale » dans un règlement de la crise meurtrière dans ce pays créé en 2011. « Je salue la signature aujourd’hui d’un accord qui met fin aux hostilités au Soudan du Sud qui constitue une première étape dans la construction d’une paix durable », a déclaré le président dans un communiqué.
Le cessez-le-feu devra être appliqué sous 24 heures.
Les délégations du gouvernement du Soudan du Sud et de la rébellion menée par l’ex-vice président Riek Machar ont paraphé le texte en présence de médiateurs étrangers et de journalistes à Addis Abeba. Ils négociaient laborieusement depuis trois semaines dans la capitale éthiopienne, sous l’égide de l’organisation est-africaine Igad. « Nous devrons bientôt continuer avec un dialogue politique et travailler à une réconciliation nationale », a ainsi ajouté le médiateur de l’Igad. Les Etats-Unis, parrains de l’indépendance du Soudan du Sud, ont également salué ce cessez-le-feu, le qualifiant de « première étape cruciale ». AFP.