Partager


Jamais un président du Mali n’a aussi été faible que ATT dans la gestion des affaires publiques. Il ne se passe de jour sans que l’homme ne montre ses limites. La dernière en date est celle de la signature d’un prétendu accord entre les bandits armées qui sèment la terreur dans la partie nord est de notre pays et le gouvernement malien sous l’égide de la Fondation du fils de Kadhafi, guide de la Jamahiriya libyenne.

Ledit accord prévoit le cessez- le feu, l’allègement du dispositif militaire dans la région de Kidal et la libération des otages. Nous ne cesserons de le dire, l’Etat malien, par manque de clairvoyance, de fermeté, n’arrive plus à exercer ses fonctions régaliennes sur l’ensemble du territoire national, conformément à la constitution du 25 février 1992.

Pourtant, les prédécesseurs de ATT ont tous jalousement sauvegardé l’intégrité territoriale de notre pays. Ils n’ont en aucun moment accepté qu’un groupe de bandits dictent leurs desiderata au reste du peuple.

Les trois conditions imposées par le médiateur ne fait encore que la part belle à la bande de Bahanga qui tue impunément les militaires maliens non pas pour le développement de sa région mais pour la création d’un no man’s land où il contrôlera le circuit de la drogue, du blanchissement d’argent…

En acceptant de signer un quelconque accord avec de tels individus, le régime déguisé des généraux a volé en éclats la souveraineté de notre pays. Le hic, est que, c’est sous la houlette de la Fondation du fil de Kadhafi et non de l’Etat libyen que, les représentants de l’Etat malien ont osé apposer leur signature au bas d’un autre document de la honte.

Comment un Etat souverain comme le nôtre peut confier son sort à une Fondation. Au moins, l’accord d’Alger du 4 juillet 2006 à l’avantage d’être signé sous la responsabilité du gouvernement algérien.

Quelle valeur juridique peut-on accorder à cet accord de Libye ? Nous laissons ce travail aux juristes. Comme ils l’ont fait avec l’accord d’Alger.

Un allègement du dispositif militaire signifie que le président de la République viole la constitution, et par la même occasion, il trahit son peuple. Et si les ressortissants des autres régions demandent un allègement du dispositif militaire ? Quelle sera l’attitude de ATT ?

Yoro SOW

07 avril 2008.