Partager

Le mardi 20 mars au Grand Hôtel, ils étaient environ une trentaine de partis politiques et certains candidats à l’élection présidentielle à poser leur signature sur le Code de bonne conduite. Il s’agit, entre autres de Modibo Sidibé, Cheik B. Traoré et la présidente du REDD, Mme Sidibé Aminata Diallo.

Tous les candidats absents étaient représentés par un membre de leur parti. A la suite de la signature, tous les candidats et les partis politiques se sont engagés à respecter les valeurs inscrites dans le Code pour la bonne marche de la démocratie au Mali. Ce Code de bonne conduite qui vient d’être signé, faut-il le rappeler, aborde le processus électoral dans son ensemble en tenant compte de l’attention particulière à porter sur les questions de transparence et de régularité du processus, de l’organisation de la campagne électorale, du comportement des militants des partis politiques et des électeurs, de l’organisation du scrutin, de la proclamation des résultats, enfin du contentieux électoral…Il proscrit le recours à toute forme de violence.

Il recommande le recours aux voies légales de contentieux et insiste sur les interdictions et sur les comportements souhaités dans un processus électoral. Chaque article est le fruit d’une vision longuement discutée mais désormais partagée par l’ensemble des partis politiques et des candidats. Produit du dialogue interpartis, il est un outil de vulgarisation des dispositions de la loi électorale et des textes en vigueur au Mali en matière électorale.

Le Directeur-résident du NDI au Mali, Dr. Badié Hima d’affirmer que le NDI et son partenaire le CMDID avec l’appui financier de l’USAID, souhaitent que cet esprit critique et de tolérance politique, de partage, de respect des opinions opposées, valeurs qui constituent le ciment de toute démocratie, pénètre et prenne corps dans la société malienne toute entière. Avant d’ajouter que le NDI contribuera à la vulgarisation du Code. Il sera édité dans un format de poche, traduit en langues nationales et diffusé sur toute l’étendue du territoire.

Bandiougou DIABATE

L’Indépendant du 21 mars 2012