Partager

Vendredi après-midi, la Maison bleue, siège de campagne des Forces alternatives pour le renouveau et l’emergence « Fare/An Ka Wuli », était noire de monde. Tous étaient venus pour la cérémonie officielle de signature de la convention «Convergence pour un nouveau pôle politique» pour soutenir la candidature à l’élection présidentielle de celui dont la popularité a, visiblement, résisté au bouleversement de la situation sociopolitique du Mali, Modibo Sidibé.

Comme le prédisaient des sources médiatiques la semaine dernière, 275 partis politiques, clubs et associations ont paraphé, plus qu’un engagement politique, un pacte de foi du nom de Convergence pour un nouveau pôle politique ; leur objectif : mobiliser le maximum de Maliennes et Maliens à voter pour élire Modibo Sidibé président de la République du Mali.

Parce que maintenant, la politique de changement en laquelle le peuple du Mali, anxieux et plein d’attentes à la fois, croit ne démarre pas avec des slogans insignifiants ou des spectacles extravagants et lassants pour les électeurs, les signataires de ladite convention ont décidé de faire de la politique autrement. En signant un tel acte, ces femmes et hommes s’engagent à relever le défi du 28 juillet 2013, certes mais et surtout à vulgariser le plus possible les idéaux qui les unissent à leur candidat.

A savoir, assurer au Mali un développement harmonieux, une sécurité alimentaire, une paix entre blancs et noirs, promouvoir l’emploi de la jeunesse, permettre l’équité entre les hommes et les femmes dans les choix pour la gestion des affaires de l’Etat, entre autres.

Le sabre lumineux

Avec son éloquence, sa fermeté et un talent politique de plus en plus affirmé, l’ancien Premier ministre, Modibo Sidibé, semble vouloir répandre un nouveau souffle au moment opportun dans le paysage politique malien. Pour lui, aussitôt une étape franchie, une autre arrive. Lorsqu’il s’est adressé à une foule de plus d’un millier de personnes, venues des quatre coins du pays, lui qui était aux premières loges des mêlées de la démocratie malienne compte prôner l’unité nationale, le dépassement et l’esprit de rassemblement.

C’est avec un sabre lumineux que Modibo Sidibé entend trancher les pertinentes requêtes relatives à un État malien fort et juste, avec des institutions solides garantes de stabilité et de sécurité nationales. Son adresse à la foule, qui s’est terminé par « ensemble pour le Mali » a été brève et précise, une sorte de coup de sang qui a vivement été acclamé.

En quelques mots, Modibo Sidibé a tout simplement voulu dire à ces 275 partis, clubs et association de soutien qu’il est absolument temps d’assurer une patrie à ceux qui pouvaient douter d’en avoir une et que le Mali est un et indivisible. Il faut reconnaitre que son discours constitue, à lui seul, un évènement. Loin d’être une manière d’exercer le pouvoir des mots sur une foule, une opinion, ou encore une situation, ses mots reflètent une idée concrète. Et il a mis à jour des espoirs du peuple malien.

Rokia DIABATE

Le Prétoire du 01 Juillet 2013