Partager

Notre pays a acquis une grosse enveloppe financière pour le financement de grands projets de développement. Il s’agit de 17 milliards de FCFA venant de l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA), pour des projets socio-économiques. Les conventions portant sur ce montant ont été signées le jeudi 24 Avril 2008, dans la salle de conférence de l’hôtel des Finances.

Pour la signature, la partie malienne était représentée par le ministre des Finances, M. Abou Bacar Traoré ; et celle de l’UEMOA, par le président de la commission de ladite institution, M. Soumaïla Cissé. On notait la présence du ministre de l’Agriculture, M. Tiémoko Sangaré, dont le département est bénéficiaire d’une partie du montant de la convention.

En effet, il est à préciser que ces fonds devront servir à l’aménagement de terres dans la zone de l’office du Niger et à la construction de postes de contrôle juxtaposés à la frontière Mali-Burkina Faso. Autre pécision: l’AGETIP et l’AGETIER sont les deux les Agences de gestion chargées de l’exécution des travaux.

Signalons, par ailleurs, que sur les quatre conventions signées, trois portent sur l’aménagement de terres en zone Office du Niger, et une sur la construction de postes juxtaposés à Hèrèmakono, à la frontière maliano-burkinabé.

La signature de ces conventions illustre la priorité accordée à la mise en oeuvre du programme économique régional de l’UEMOA, dans le programme d’activité 2008 de la Commission, avec un accent particulier sur la production et la libre circulation des personnes et des biens.

L’aménagement agricole dans la zone de l’Office du Niger, qui porte sur plus de 11000 hectares de terres, vise l’installation de producteurs agricoles issus des huit Etats membres de l’Union (UEMOA) et l’intensification de la production pour répondre aux besoins des populations de l’espace UEMOA.

Quant à la construction de postes de contrôle justaposés de Hèrèmakono, elle fait partie du dispositif de facilitation de la circulation des personnes et des biens entre le Mali et les pays côtiers (Bénin, Togo…), à travers l’axe routier Bamako-Ouagadougou.

Grâce à cette confiance que l’UEMOA lui a accordée, l’AGETIER donne un coup d’accélérateur à son renouveau, son option pour la bonne gouvernance, et la qualité de son management. Par la même occasion, l’agence renforce son image de grand “bâtisseur national” et sa vocation sous-régionale et intégratrice.

Aux dires du président de la Commission de l’UEMOA, le succès de l’intégration économique dépend en grande partie “de notre capacité à relever le défi de nourrir notre population, en exploitant au maximum les potentialités offertes par le marché régional, et en mettant en valeur les complémentarités agricoles entre les pays de l’Union“.

Soumaïla Cissé ne doute pas que l’aménagement et la mise en valeur des terres de l’Office du Niger contribueront à la réalisation de la sécurité alimentaire et au renforcement de la solidarité des populations, dans le cadre de l’Union.

Aussi, le président de la Commission de l’UEMOA a indiqué que la mise en oeuvre de ce programme marquera le point de départ d’une expérience d’intégration régionale qui peut être considérée comme une première du genre, au sein de la sous-région.

Laya DIARRA

30 Avril 2008