Partager

Une convention de partenariat a été signée, le mardi 12 décembre, dans la salle de conférence du département de Santé, entre les hôpitaux et l’Université du Mali en vue de donner un véritable contenu au statut du bi-appartenant.

Par cette convention, les deux départements s’engagent à instaurer un cadre formel de collaboration entre les hôpitaux et l’Université du Mali, à travers la faculté de Médecine de Pharmacie et d’Odontostomatologie.

Ce partenariat marque une étape importante dans la mise en œuvre de la loi hospitalière à savoir l’érection des établissements publics hospitaliers en Centre Hospitaliers Universitaires (CHU).

Le Directeur Général de l’Agence Nationale d’Evaluation des Hôpitaux, Abdou Touré, qui a présenté, en premier lieu, le rapport sur la convention, a souligné que la loi n° 02-050 du 22 juillet 2002 portant la loi hospitalière dispose en ses articles 81 et 82 que « les établissements publics hospitaliers participent aux formations initiales et aux formations continues, dispensées aux différentes professions de santé notamment en abritant des stages et en offrant un encadrement.

A cet effet les établissements publics hospitaliers peuvent s’associer avec les structures universitaires et les structures de recherche en santé dans le cadre d’une convention hospitalo-universitaire »
.

« Comme vous le savez, la réforme hospitalière a pour objectif essentiel l’amélioration de la qualité des soins à travers une meilleure disponibilité de l’offre de soins et l’encadrement adéquat des apprenants. Sa mise en oeuvre permettra un réel développement de la médecine hospitalière et lui donnera toute sa place au sein des programmes de développement sanitaire » a déclaré la ministre de la Santé, Mme Maïga Zeïnab Mint Youba.

Avant d’ajouter que ceci permettra sur le plan pratique, de créer un changement radical par rapport au personnel afin de procéder à un changement dans l’organisation des soins.

Le Recteur de l’Université de Bamako, Mme Siby Ginette Bellegarde, s’est réjouie de cet accord de partenariat qui permettra aux internes d’être bien formés. « Il ne résoudra pas tous les problèmes, mais c’est un grand pas vers une meilleures formations des étudiants en médecine » a-t-elle estimée.

Ramata TEMBELY

14 décembre 2006.