Partager

Grâce à ce financement de l’Agence française de développement, Malaria Research and Training Center (MRTC) du département d’épidémiologie des affections parasitaires (DEAP), de la faculté de médecine, d’odontostomatologie verra son plateau technique renforcé. De même il contribuera à la réhabilitation des locaux du MRTC et des sites ruraux de Donéguébougou et Bougoula Hameau. Le projet permettra aussi la mise en place d’un programme de formation et de transfert de compétences.

Mme Annick Girardin, Secrétaire d’Etat français au Développement et à la francophonie a procédé sous l’égide du ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique à la signature d’un accord de financement de deux millions d’euros soit 1,3 milliard de Fcfa entre l’Agence française de développement (AFD) et l’Université des sciences, des techniques et des technologies de Bamako (USTTB).

L’évènement qui avait pour cadre la salle des professeurs de la FMPOS a enregistré la présence de l’ambassadeur de la France au Mali, Gilles Huberson et du Directeur de l’AFD au Mali, Bruno Deprince. Étaient aussi présents le Secrétaire général de l’Université des sciences, des techniques et des technologies de Bamako , Adama Berthé et beaucoup d’autres invités.

Ce financement sous forme de subvention entièrement apporté par la France dans le cadre de ses engagements en faveur du Mali ( à la conférence des donateurs du 15 mai 2013 à Bruxelles), représente un investissement stratégique pour la lutte contre le paludisme, le maintien d’une masse critique de chercheurs sur le paludisme et les maladies tropicales négligées.

Le Secrétaire général de l’Université des sciences, des techniques et des technologies de Bamako , notera que cette convention marque un début de partenariat entre l’AFD et sa structure et permettra à terme de renforcer dans capacités sur la recherche sur le paludisme.

Mme Annick Girardin, s’est réjouie de participer à la signature de cette convention . » Ce financement sous forme de subvention entièrement apporté par la France est l’aboutissement d’un important travail de collaboration entre mon pays à travers l’AFD et ses partenaires maliens » a-t-elle fait savoir. Selon elle, cette signature symbolise un nouveau pas pour la recherche contre le paludisme qui est la première cause de mortalité au Mali.

Cet appui, précise-t-elle, permettra le renforcement des capacités du MRTC en matière de surveillance de l’efficacité des médicaments utilisés contre le paludisme et dans le domaine de la recherche du schéma thérapeutique et du vaccin pour la prévention et le traitement du paludisme.

Elle a en outre estimé que cet appui contribuera à l’élevation du plateau technique et la mise en place d’un programme de formation et de transfert de compétence sur la recherche biomédicale compétitive à l’USTTB.

A l’en croire ce projet d’appui est un investissement stratégique pour la lutte contre le paludisme et l’amélioration de la santé des populations en Afrique. Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Mountaga Tall, a soutenu que la convention qui vient d’être signée à hauteur de 1,3 milliard FCFA permettra d’améliorer la santé de la mère et de l’enfant à travers le renforcement de la lutte contre le paludisme au Mali. Il a rappelé que ce projet entend élever le niveau du plateau technique de l’USTTB vers la bio-analyse afin de lui permettre de réaliser la gamme complète des analyses sur les tissus biologiques.

Et de contribuer à l’extension et la réhabilitation des locaux du MRTC en passant par le transfert des compétences pour la maitrise des nouveaux équipements et l’interprétation des résultats de la bio-analyse. Le clou de la cérémonie a concerné la visite du laboratoire du MRTC à la faculté de médecine sur la colline du Point G. La Secrétaire d’Etat au développement et à la francophonie a aussi assisté à la présentation du projet d’Université numérique et à une visioconférence au Campus numérique à Badalabougou.

Youssouf CAMARA

16 Mai 2014