Partager

Le mercredi 21 mars à l’hôtel Laïco Salam, a eu lieu la signature de convention de la nouvelle mine de Randgold Resources au Mali, Gounkoto entre le ministre des Mines, Amadou Cissé et le Directeur exécutif de la société, Mark Bristow. Etaient également présents, le ministre de l’économie et des finances, Lassine Bouaré, les représentants de Randgold Resources et les partenaires tels que le président directeur général de la Holding Ben & Co, Alou Badra Coulibaly.

Découvert en 2009, le gisement de Gounkoto qui a 5,5 millions d’onces a commencé sa production en juin 2011, a indiqué le directeur exécutif de Randgold Resources. Il est situé sur le permis d’exploitation de la Somilo qui abrite également le complexe phare de Loulo et le minerai en provenance de Gounkoto est traité sous contrat à l’usine de Loulo distante de quelques 25 km, a-t-il dit.

C’est après une longue réflexion et des études approfondies que la société a décidé de rendre autonome le gisement de Gounkoto avec un régime fiscal approprié. Mark Bristow a précisé que Gounkoto a été créée en vue d’une exploitation répartie entre Randgold qui détient 80% et l’Etat malien avec 20%. Avant d’ajouter que la mise en place de cette nouvelle mine a englouti un investissement de 100 millions de $ soit 50 milliards de F CFA.

Pour lui, « les deux partenaires gagnent du fait de la création d’une nouvelle société, l’Etat du Mali aura droit à un dividende préférentiel pendant que Randgold bénéficiera d’une exonération sur les deux ans avec une opportunité d’extension à cinq ans en cas d’investissement complémentaire dans une mine souterraine. Durant des années, Randgold Resources a ainsi investi près de un milliard de $ soit 500 milliards de F CFA au Mali sous forme de taxes, royalties et dividendes ».

Il a rappelé que les relations entre les deux pays partenaires ont commencé en 1996 avec l’acquisition de la BHP Mali de la mine de Syama. Cela a été suivi par la mise en marche en 2000 de la mine de Morila. Loulo qui est encore en croissance et Gounkoto, combinées constituent une opération de classe mondiale avec une longue durée de vie.

Quant au ministre des mines, Amadou Cissé, il a souligné que ce jour est un grand jour dans l’histoire de l’or au Mali mais également par l’économie malienne. Selon lui, la signature de cette convention d’établissement de la nouvelle mine de Gounkoto conforte la place du Mali en tant que troisième producteur d’or en Afrique mais, également vient hausser la production d’or à 50 tonnes par an.

La société Randgold qui, d’après lui, est l’une des plus grands partenaires du Mali a su apporter de la valeur ajoutée à notre matière première et contribue fortement au développement communautaire avec la création de 500 emplois pour Gounkoto soit plus de 6 000 emplois au total.

Amadou Cissé a saisi cette occasion pour exhorter les autres sociétés minières et celles encore indécises à redoubler d’efforts et à profiter de la mise en œuvre du nouveau Code minier, très attractif, pour faire de l’activité minière, la première source de revenu du pays.

Moulaye HAIDARA

29 Mars 2012