Partager

C’est sur un score nul et vierge que les deux équipes se sont séparées.Supérieurs sur papier aux Leone Stars, selon l’entraîneur Jodar, les Aigles, pour cette fois, ont effectué une sortie timide. Jodar a failli rater le coche.
Dans une de nos parutions, nous attirions l’attention des lecteurs sur l’engagement physique des Sierra-Leonais face à nos expatriés.

Le match Mali-Sierra a été suivi de près par des millions de Maliens. Dans ce match difficile se jouant devant le public de l’adversaire, les poulains de Jean Français Jodar ont mouillé le maillot.

A eu croire l’envoyé de notre consoeur l’ORTM, les nôtres ont donné le meilleur d’eux-mêmes, malgré les brutalités de la défense adversaire. Les Aigles ont, une fois de plus, fait preuve de manque de concentration devant le but adversaire.

En effet, n’eût été la maladresse de notre attaque, ils allaient gagner ce premier pari.Les Aigles après l’explusion du défenseur Sierra-Leonais, auraient pu mieux faire.

Mallheureusement, entraîneurs et joueurs étaient limités dans leur lecture du système de jeu adverse. Les Aigles ont eu chaud face à des joueurs engagés, décidés à défendre à fond les couleurs du pays.

Ainsi, à 10 contre 11, les Aigles ont eu de la peine à déstabiliser la défense adverse. Pire, les menaces sérieuses sont venues des Sierra-Leonais, qui tenaient à empocher les 3 points et à faire une entrée fracassante. Des sueurs froides, il y en a eu au niveau de notre bastion défensif.

Au sein de cette défense attentiste, le pire pouvait venir à tout moment.Le match contre la Sierra-Leone a été un véritable test pour Jean François Jodar qui comprendra à l’avenir que toutes les équipes se valent actuellement. Il aura aussi compris que sur papier il a d’excellents joueurs.

L’absence de Djila, Soumaïla et Djibril Sidibé ne saurait être une excuse pour la circonstance. Les Aigles doivent pouvoir réussir leur mission sans ce trio.

C’est une attaque composée de joueurs locaux du genre de Janvier Abouta, Seydou Fing qui pouvaient faire la différence face à une défense de brutes. Jodar aura vu les limites de ses attaquants expatriés. Là où ceux-ci refusent de mettre le pied, les joueurs locaux le font sans hésiter.

Pour l’avenir, nous pensons que Jodar doit convoquer des attaquants baroudeurs qui se sont fait remarquer tout au long du championnat, à l’occasion des prochaines rencontres.La sortie de Madou Diallo a beaucoup joué en notre défaveur. Là également, le choix de Vincent n’a pas été le bon.

Jean Françias Jodar et son adjoint Amadou Pathé Diallo doivent se mettre au travail pour monter une vraie défense. Celle qui a évolué contre la Sierra-Leone n’était pas la bonne. En effet Adama Coulibaly et le gardien de but Mahamadou Sidibé n’étaient pas dans le coup.

Aussi, si à l’occasion de la deuxième journée prévue pour le mois d’octobre, il se hasardait à faire jouer Adama Coulibaly Police dans l’axe, c’en sera fini pour lui. La plaie de notre défense centrale n’est autre que ce défenseur qui replie sur son gardien au lieu d’attaquer l’adversaire.

Un défenseur ne doit pas avoir honte des dribbles de l’attaque adverse. Il manque à Police la rigueur et l’agressivité. Quant au goal Maha, il n’était pas dans le coup. Ses nombreuses années de football ne lui ont pas servi.

L’attaque a besoin d’un joueur de la trempe de Janvier Abouta avec une force de pénétration et des frappes puissantes pour rendre heureux Jodar et l’ensemble des spectacteurs.

Il faut prendre au sérieux le match Mali-Togo en octobre en priorisant la forme du joueur, l’engagement physique et en revoyant de près notre défense qui constitue notre talon d’Achille.

Jean François Jodar réussira, à condition de comprendre que son attaque, composée d’expatriés, ne lui donnera pas la pleine satisfaction. Togo-Mali n’est pas une petite affaire. Les Togolais peuvent, à tout moment, récidiver face à cette formation qui a évolué contre la Siera-Leone.

Le Togo a battu le Bénin par le score de 2 buts à 1 et se place en tête de notre poule. Au travail donc, coach!

Tiémoko TRAORE

05 septembre 2006.