Partager

Les victimes du VIH-Sida au Mali pourraient atteindre le nombre de 500 000 personnes en 2010, si les campagnes de sensibilisation ne sont pas intensifiées. « Aucune couche ne sera épargnée, aucune religion ne mettra à l’abri ses fidèles sans au préalable faire sienne la lutte contre ce mal du siècle ». Pour le coordinateur du projet sida de l’alliance biblique au Mali, Adama Jean Kéïta, il ne sert à rien de se voiler la face, le sida est partout aujourd’hui y compris dans les églises. A cet effet, l’Alliance biblique du Mali (ABM) a décidé de prendre sa part dans la croisade contre le sida en mettant en place le projet Bon Samaritain.

Ayant connu un début d’exécution en 2006, le projet est aujourd’hui effectif avec le recrutement à plein temps d’un coordinateur et la formation des pairs éducateurs. Le lancement officiel de la campagne de sensibilisation et d’information sur les IST/VIH-Sida dans le cadre de ce projet a eu lieu le 23 mai 2007 au Musée national du Mali.

Cette cérémonie a été marquée par la remise de matériel de sensibilisation en présence du Révérend Tadé Diarra, de la Soeur Bernadette, du président du conseil d’administration de l’ABM, Jacques Dembélé et d’un public de fidèles et d’invités. En initiant ce projet, l’Église entend faire sienne la démarche conforme à l’attitude de Jésus Christ par rapport à toute maladie : ne rejeter personne.

Ainsi, l’ABM à travers ce projet Bon Samaritain veut susciter l’éveil d’une conscience chrétienne collective face à cette pandémie notamment par la sensibilisation et l’information sur IST/VIH-Sida, mais aussi la consolidation et l’affermissement des valeurs chrétiennes. Il est prévu l’organisation d’ateliers d’information sur les IST/Sida en collaboration avec les églises partenaires et en partenariat avec des structures déjà bien actives sur le terrain, l’organisation de séances de projection suivies d’échanges.

Sachant que 65% des jeunes au Mali ont eu leur premier rapport sexuel avant l’âge de 18 ans, ce projet veut mettre l’accent sur la promotion des valeurs chrétiennes, surtout cette couche exposée par l’inexpérience. Les supports se composent de manuels élaborés à partir de la bible, de paroles de Dieu mais aussi de films.

« Nous voulons apporter notre modeste contribution en donnant davantage de visibilité à l’indispensable engagement des religieux, en réaffirmant notre conviction que le sida n’est ni une malédiction ni un châtiment divin!« , dira Adama Jean Kéïta, coordinateur du projet sida.

Selon lui, bien que la cible soit les églises, les portes demeurent ouvertes et le lancement d’un Centre d’orientation vers le dépistage et l’éducation (CODE) est envisagé. La particularité de ce CODE qui vise à accroître le taux de dépistage sera d’assurer une permanence nocturne afin de permettre à ceux qui le désirent de venir s’informer après leurs occupations quotidiennes de la journée.

Lors de la cérémonie inaugurale, qui a commencé par une prière du Révérend Tadé Diarra, le directeur de l’ABM Jacques Dembélé a fait une présentation sur cette alliance et son programme de Bon Samaritain.

L’Alliance biblique au Mali (ABM) est une association religieuse inter confessionnelle à but non lucratif créée le 14 novembre 1978 et reconnue par le gouvernement malien depuis 1980.

Membre de l’alliance biblique universelle (ABU), l’ABM a pour mission essentielle de mettre les écritures (la bible) à la portée de tous, dans une traduction qui soit fidèle au texte original, une langue facile à comprendre et à un prix abordable, a expliqué le directeur Jacques Dembélé. L’ABM dispose à cet effet d’un conseil en traduction en la personne du Dr Youssouf Dembélé.

« La vision chrétienne contre le défi des IST/Sida« , exposé par le Dr Danaya Koné, a permis d’amener l’auditoire au cœur de la sensibilisation, au cours de cette cérémonie qui a été agrémentée par les prestations du groupe musical chrétien Shalom.

Boukary Daou

28 mai 2007.