Partager

Après la formation des agents en soins cliniques et précautions universelles, le FHI (Family Health Institute) a procédé à la validation des supports de rapportage et d’animation IEC/CCC pour les adapter aux réalités des forces armées.

Cette formation qui a concerné les agents de santé des garnisons militaires de Ségou, Sevaré, Tombouctou, Bamako Génie et Kati, s’est déroulée du 12 au 17 mars 2007 au Cercle Mess des Officiers de Bamako. L’atelier sur l’adoption, l’harmonisation et la validation des supports de rapportage et d’IEC/CCC des CCDV dans les garnisons militaires s’est déroulée du 19 au 20 mars 2007.

Cet atelier a permis d’adapter les supports aux réalités des forces armées pour une meilleure compréhension des utilisateurs et des bénéficiaires afin de diminuer la transmission du Vih/Sida dans les casernes concernées. Il concerne le deuxième trimestre d’exécution des activités du projet DOD Mali.

Le Coordinateur du Projet DOD au Mali, le Dr Ben Moulaye Idriss Sidy Mohamed, lors de la cérémonie de clôture, a mis l’accent sur la prise en compte de tout ce qui a été retenu au cours de l’atelier. Ces outils permettront certainement d’apporter un nouvel élan pour la hausse du taux de dépistage dans les casernes.

Il a appelé les militaires à garder et à partager l’idée de protection à constituer un gilet de protection pour toute la nation, tant il est vrai que l’homme en tenu à pactiser avec la Nation pour sa protection. Et le coordinateur du projet DOD-Mali, Ben Moulaye d’ajouter que le dépistage est un acte citoyen.

Lors de l’atelier de formation en soins cliniques et mesures universelles des agents de santé des garnisons, le coordinateur avait invité les militaires à comptabiliser chaque jour ce qu’ils ont entrepris au quotidien pour faire reculer le Sida, et de redoubler chaque jour la lutte. Il s’agit d’un acte de pionnier et surtout de protection et d’auto-protection.

A cette occasion, le Colonel Elimane Marico a invité à mettre le paquet pour la prévention. « Nous n’avons pas le choix car le Sida ne fait pas de distinction entre civil et militaire, il est indispensable de relever le défi dans la discipline« , a-t-il souligné.

Il s’agira pour la vingtaine d’agents des casernes de restituer la formation au profit de la société malienne, porteurs d’uniforme et société civile, l’objectif étant de freiner ou de ralentir l’élan du Vih/Sida.

Selon le Dr Aliou Sylla du Comité de coordination de lutte contre le Sida, le sens de son combat est sans doute l’accès au médicament partout où le malade se trouverait. « Ce serait une honte si nous ne parvenons pas à relever le défi au niveau des garnisons« , a-t-il dit. Il faut d’abord relever le défi du dépistage, a-t-il conclu.

Boukary Daou

21 mars 07