Partager

En guise de réprimande contre Yacouba Katilé qui l’a récemment éjecté de son fauteuil, l’ancien Secrétaire général du Syndicat national des travailleurs des administrations d’Etat, Siaka Diakité, a animé un point-presse le vendredi dernier. Ivre de son égo et avec le zèle qu’on lui reconnait, le Secrétaire général de l’Untm, entouré de certains camarades, veut toujours se faire passer pour le seul capitaine à bord du Syntade.

Depuis son 12ème congrès ordinaire, rien ne va plus au Syndicat national des travailleurs des administrations d’Etat (Syntade). En effet, après cette rencontre qui a vu l’élection d’un nouveau bureau dirigé par Yacouba Katilé, le syndicat est face à l’émergence de pôles antagonistes qui se disputent vivement la légitimité.

Le premier se compose de 11 comités syndicaux regroupés autour de Yacouba Katilé, secrétaire général du comité syndical de la Douane, récemment élu secrétaire général du Syntade en remplacement de Siaka Diakité. Les comités syndicaux du Trésor, des administrations d’Etat et de l’Inps ont boudé cette élection. Le secrétaire général sortant du Syntade, Siaka Diakité, a interrompu les travaux en raison, dit-il, de violation des textes par le camp de Yacouba Katilé. «Après la vérification des mandats, j’ai constaté que le quorum n’était pas atteint.

Les 15 éléments représentant la section de Bamako n’étaient pas présents dans la salle. J’ai donc décidé de suspendre les travaux », a détaillé Siaka Diakité qui fait référence à l’article 5 du statut et règlement de l’organisation. Cet article dispose que le congrès est composé du conseil national, des délégués de toutes les sections, et ceux des divisions, etc. Dès lors que le quorum n’est pas atteint, explique-t-il, les dispositions statutaires font obligation de convoquer un nouveau congrès dans les 45 jours qui suivent.

Selon lui, si le quorum n’est pas atteint, l’on ne peut en aucun cas délibérer. Face a cette situation, le congrès a été suspendu.

Concernant le sort des dissidents, il affirmera que ces derniers se sont auto-exclus en violant les règles de fonctionnement du Syntade. « En conséquence, ils doivent assumer les sanctions qui leur seront appliquées. Nous continuons nos mandat jusqu’à l’organisation du prochain congrès. Je le réaffirme, moi Siaka Diakité, secrétaire général du Syntade, les dissidents restent et demeurent exclus des rangs de l’organisation », a-t-il soutenu.

Gérard Dakouo

15 Juillet 2013