Partager


En prélude à la célébration du 1er mai, fête internationale du travail, l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) a organisé mercredi une conférence de presse à son siège. Son secrétaire général, Siaka Diakité a fait un bilan des activités et jeté un regard critique sur la gestion de la crise scolaire, le conflit au nord et la vie chère.

Pour Siaka Diakité, le 1er mai est un moment privilégié, pour les travailleurs du monde entier, de faire une analyse critique de leurs conditions de travail. Selon lui, au Mali, la fête intervient cette année dans un contexte particulièrement difficile, car au-delà de la conjoncture économique qui secoue le monde, le patron de la Bourse du travail a estimé que la crise céréalière, le conflit dans le Septentrion et la crise scolaire contribuent à rendre davantage la crise économique insupportable.

« Malheureusement aucune solution durable ne se dessine encore », a déploré Siaka Diakité, qui n’a pas ménagé ses mots pour dénoncer la politique d’exonération de certains produits comme le riz. « Les exos ne profitent qu’à une minorité d’opérateurs économiques. Elles doivent être élargies à tous les opérateurs au profit des populations », a-t-il tranché.

A propos de la crise que connaît l’école malienne, le conférencier soutiendra que la responsabilité incombe à ceux qui ont la charge de l’administration de l’école. « L’école doit revenir à l’école, et elle ne doit pas suivre le choix malveillant de certains bailleurs de fonds ». L’UNTM a aussi demandé au pouvoir public de « s’assumer » pour trouver une solution définitive au conflit au nord du pays.

Malgré ce tableau sombre de la vie socio-économique peint par M. Diakité, la centrale se félicite d’avoir obtenu au compte de l’année 2007, 10 % d’augmentation de salaire. A cela, il faut ajouter un abattement de 2 % de l’Impôt sur les traitements et salaires (l’ITS). Mais tout ne semble pas rose aux yeux des syndicalistes. A preuve, Siaka Diakité a fustigé le retard enregistré dans l’exécution des recommandations issues du protocole d’accord du 18 juillet 2007.

Notons que dans le cadre des festivités du 1er mai, l’UNTM a organisé des manifestations sportives et la projection du film sur l’indépendance du Mali. A travers cette projection, Siaka Diakité dira que l’objectif visé est de permettre aux Maliens de se remémorer et de « sauvegarder les acquis de mars 1991 qui ne doivent pas s’endormir davantage ».

Au regard de la non-exécution de certaines revendications à la veille de la fête du 1er mai date traditionnelle de dépôt de nouvelles revendications, l’UNTM a réaffirmé sa volonté de défendre les intérêts matériels et moraux de ses militants.

Amadou Waïgalo

02 Mai 2008