Partager

En 2004, le marché du show-biz a enregistré un chiffre d’affaires au niveau mondial de 25,8 milliards d’euros. Mais, de plus en plus, le marché subit le coup de la contrefaçon, du piratage et de la concurrence des Nouvelles technologies de la communication (Ntic).

En 2005, une série de jugements ont été remportés par l’industrie du show-biz contre le piratage musical. Sinon, selon le Syndicat national de l’édition phonographique (Snep), le chiffre d’affaires du disque en France au premier semestre 2003, a été 524,7 millions d’euros, soit une baisse de 9 % par rapport à la même période l’année précédente.

Pour expliquer cette contre-performance de la vente des supports physiques de musique, les professionnels de la musique avancent plusieurs motifs dont l’affaiblissement de l’offre au cours du premier semestre 2003.

Mais le Snep dénonce évidemment le piratage à travers le téléchargement de fichiers musicaux sur des services P2P ou la pratique abusive de gravure de titres sur des CD vierges. En matière de matériel informatique, il est de plus en plus fréquent de vendre en pack un PC accompagné d’un graveur CD, voire DVD.

Au Mali, le marché résiste, car depuis quelques années, de jeunes loups s’investissent dans le domaine et ils ont réussi à démontrer que la culture peut nourrir son homme.


Alexis Kalambry

23 Mai 2008