Partager

Shell a annoncé jeudi avoir rouvert un de ses principaux oléoducs dans le sud du Nigeria, fermé la semaine dernière pour réparation suite à des fuites. Si la production de 150.000 barils de brut par jour est à nouveau assurée pour cet oléoduc, la « force majeure » sur l’exportation de Bonny Light est maintenue pour l’instant, a précisé M. Okolobo, porte-parole de la SPDC, la filiale nigériane du géant pétrolier anglo-néerlandais. La force majeure est une disposition juridique exonérant une compagnie de ses obligations contractuelles lorsqu’il s’agit de circonstances indépendantes de sa volonté. L’oléoduc TNP avait déjà été fermé le mois dernier pour des réparations après deux incidents distincts à la suite de vols de brut. Shell et d’autres compagnies opérant au Nigeria ont à plusieurs reprises dénoncé le fléau du vol de pétrole brut qui serait à l’origine d’une perte de revenus de 6 milliards de dollars (4,6 milliards d’euros) par an. En août, Shell avait attribué ses résultats « décevants » du deuxième trimestre aux vols et sabotages dans la région du Delta du Niger (sud). Le Nigeria est le plus gros producteur de brut d’Afrique avec près de deux millions de barils exportés par jour. AFP.