Partager

Le géant Shell, assigné par quatre pêcheurs et fermiers nigérians, doit répondre jeudi devant le tribunal de La Haye de pollution pétrolière dans le delta du Niger, une affaire qui pourrait ouvrir la voie à d’autres poursuites à travers le monde. Soutenus par une association de défense de l’environnement néerlandaise, les Nigérians réclament que le pétrolier nettoie les dégâts dans leurs trois villages, s’engage à surveiller et mettre à jour son matériel défectueux, et leur paye des indemnités. « J’ai subi une grande perte parce que le pétrole a tué tous mes poissons (…) je vis maintenant dans la pauvreté », explique Fidelis Oguru, le chef du village d’Oruma, dans le sud du pays, cité par l’association de défense de l’environnement. « L’échelle de la pollution est énorme : il y a eu deux fois plus de pétrole versé au Nigeria que dans le golfe du Mexique sauf qu’au Nigeria, il n’a jamais été nettoyé », nous assure un porte-parole de l’association Geert Ritsema. Shell assure quant à lui qu’il s’agit au Nigeria d’un chiffre beaucoup moins important que les 5 millions de barils qui avaient été déversés dans le Golfe du Mexique en 2010, et que les dégâts sont toujours nettoyés. Le groupe assure en outre que la cause des fuites est un sabotage de ses installations. Un jugement favorable pourrait faire jurisprudence aux Pays-Bas et pourrait servir d’exemple dans d’autres pays. AFP.