Partager

La compagnie pétrolière Shell conteste l’amende de cinq milliards de dollars infligée par le Nigeria pour une fuite de pétrole survenue en décembre sur une installation offshore alors que les enquêteurs ont déclaré jeudi que la négligence du groupe anglo-néerlandais ne pouvait rester impunie. Quelque 40.000 barils de brut s’étaient déversés dans l’Océan atlantique en décembre en raison d’une fuite sur le champ Bonga, situé en eaux profondes, à 120 km des côtes du Nigeria provoquant, selon les autorités nigérianes, la plus importante fuite dans le pays depuis plus de 10 ans. Peter Idabor, responsable de l’agence gouvernementale chargée des risques de pollution pétrolière (NOSDRA), avait annoncé l’amende – la plus lourde jamais infligée à une compagnie pétrolière par le Nigeria – en début de semaine. L’usure de l’une des conduites de Shell serait, selon Peter Idabor, à l’origine de cette fuite qui a touché des milliers de personnes dans le delta du Niger « qui dépendent de l’océan pour survivre ». Le directeur de Shell a affirmé que « c’était le pétrole provenant d’une tierce partie qui a touché les habitants malgré les efforts de Shell pour lutter contre. » AFP.