Partager

Les travaux ont été lancés lundi dernier. La session planchera notamment sur les projets de code pénal et de code de procédure pénale et ceux relatifs au financement des projets de renforcement du réseau électrique et d’extension de l’accès à l’électricité.

La session ordinaire d’avril 2024 du Conseil national de Transition (CNT) s’est ouverte, lundi dernier au Centre international de conférences de Bamako, sous la présidence du colonel Malick Diaw, président de l’organe législatif. C’était en présence du Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, des présidents des institutions, des membres du gouvernement, des autorités administratives et politiques du District de Bamako et des représentants du corps diplomatique.

Cette session aura à se pencher essentiellement sur l’examen des projets de textes. Sur le tableau de saisine du CNT se trouve déjà une vingtaine de projets et de propositions de loi parmi lesquels, les projets de code pénal et de code de procédure pénale, ceux relatifs au financement des projets de renforcement du réseau électrique et d’extension de l’accès à l’électricité au Mali, à la création de l’Institut national de statistique et de la direction générale des domaines et du cadastre. À ces textes déjà déposés sur la table de l’organe législatif viendront s’ajouter d’autres dans les prochains jours. 

Dans son discours d’ouverture, le colonel Malick Diaw a exhorté l’ensemble des membres du CNT à observer comme, il est de coutume, toute l’attention qui sied en la circonstance tout au long de cette session. Il a promis de continuer à œuvrer pour un CNT efficace, dédié à la réussite de la Transition tout en étant une institution ouverte, disponible, accessible qui communique et qui s’assume.

Selon Malick Diaw, la période d’intersession qui vient de s’achever n’aura été de tout repos pour les membres du CNT. Sur le plan de la diplomatie parlementaire, elle a été marquée par d’intenses activités parmi lesquelles, le déplacement d’une grande délégation du CNT au Burkina Faso, la participation d’une autre à Téhéran en Iran à une réunion extraordinaire du comité permanent de la Palestine de l’Union parlementaire des États membres de l’Organisation de la coopération islamique (UPCI). Le colonel Malick Diaw a aussi salué la participation de qualité du CNT à la réunion conjointe des ministres de l’Alliance des États du Sahel (AES), qui s’est tenue à Ouagadougou.

Mais aussi d’une autre délégation à Luanda, en Angola, à la 64è session de l’Assemblée parlementaire de l’organisation des États de l’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Le CNT était également à la réunion du Réseau des commissions parlementaires africaines de la santé à Maseru-Lesotho et à la 18è Conférence de l’UPCI. Malick Diaw dira qu’une autre délégation est rentrée il y a juste quelques jours de Genève, où elle a participé à la 148è assemblée et réunions connexes de l’Union inter parlementaire. Dans le cadre du contrôle de l’action gouvernementale, le colonel Diaw a fait savoir que le CNT a initié des missions de visite sur le terrain à Balingué, Sirakoro, Sélingué, Ségou et dans la Région de Koulikoro.

Aussi, il a évoqué la présence de certains membres de l’organe à Moscou, sur invitation de la Douma d’État, comme observateurs, lors de l’élection du président de la Fédération de Russie. Il a félicité le président Vladimir Poutine pour sa brillante et éclatante victoire à cette élection. Avant de saluer également la victoire du président Bassirou Diomaye Faye à l’élection présidentielle au Sénégal, tout en indiquant que cette victoire sonne comme un appel de la jeunesse et à la classe politique africaine.

CONTRÔLE PARLEMENTAIRE- Le président du CNT, dans le cadre de l’orientation, du contrôle et du suivi-évaluation de la feuille de route de la Transition, a invité le Premier ministre à envisager les dispositions utiles afin que cet exercice ait lieu. Selon lui, la conférence des présidents fixera la date qui lui sera communiquée. Le président du CNT soutient que ce contrôle parlementaire, permettra au Premier ministre de faire le point de l’exécution du Plan d’actions du gouvernement. Pour Malick Diaw, l’occasion sera également mise à profit par les membres du CNT et nos compatriotes pour mieux s’informer sur les réalisations et les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre de ce plan d’actions.

Parlant du processus de paix, le président du CNT a indiqué que le peuple malien dans sa globalité ne reconnait pas l’Accord d’Alger. Selon Malick Diaw, les réalités de 2015 ne sont plus d’actualité. D’après lui, «nos braves FAMa ont reconquis tous les espaces perdus, y compris Kidal qui était le dernier refuge des rêveurs apatrides manipulés par des mains criminelles». En outre, le colonel Diaw a salué les décisions du capitaine Ibrahim Traoré, du colonel Assimi Goïta et du général Abdourahamane Tiani de se retirer en toute souveraineté de la Cedeao.  Au regard des derniers développements au niveau de certains états-majors politiques, il a exhorté d’éviter les combats corporatistes, les luttes sources de division.

Avant de plaider pour l’unité nationale et les intérêts collectifs. «Nous devons rester soudés, debout comme un seul homme, sans parti, ni calcul. La seule lutte qui vaut la peine d’être menée est celle qui nous unit. Nous, devons-nous départir de nos egos. La nation est au-dessus de tout. Elle est l’essence, le reste n’est que contingence puérile, futile et artificielle», a indiqué Malick Diaw, qui a exprimé le soutien sans réserve du CNT au Dialogue inter-Maliens, initié par le président de la Transition.

Mais aussi au gouvernement dans sa volonté de rétablir l’autorité de l’État. Pour Malick Diaw, la dissolution de certains regroupements, associations et partis politiques qui ne répondaient plus aux critères ou qui ne respectaient plus la législation en la matière a été une décision courageuse et salutaire. Cette session ne peut excéder une durée de 90 jours.

Dieudonné DIAMA

Source: L’Essor