Partager

« Les 50 ans de service social au Mali et le rôle de la solidarité dans la réhabilitation de la famille malienne » figurait au centre d’une conférence-débat, lundi 4 octobre 2010, à l’Institut national de formation des travailleurs sociaux (Infts). La conférence qui était animée par M. Youssouf Sangaré, administrateur de l’action sociale et M. Gaoussou Traoré de la promotion de la famille s’inscrit dans le cadre des activités de la première semaine du mois de la solidarité et de la lutte contre l’exclusion.

Selon les conférenciers, l’évolution du service de 1960 à aujourd’hui est caractérisée par des changements successifs dans les concepts et les méthodes, fruits d’incessantes réflexions et d’expériences. Ils ont rappelé que cette évolution chronique du service social a été marquée par quatre (4) grandes étapes dont la première comprend une période post coloniale et les premières années de l’indépendance qui a été marquée par des activités d’assistance sociale.

Cette période – 1958 à 1964 – a connu la création en 1957 d’un service national des affaires sociales. La période a été également caractérisée par la présence d’un service social essentiellement curatif et réparateur de ce qui est appelé à l’époque les cas sociaux, qu’ils soient individuels, collectifs.

De l’avis des conférenciers, c’est au premier séminaire national de la santé et des affaires sociales qu’on assistera à une véritable rupture dans la politique d’action sociale aussi bien dans la définition de ses objectifs que dans celles de ses méthodes d’intervention. La seconde étape – 1970 à 1991 – qui constitue l’étape des affaires sociales a vu la création d’un secrétariat d’Etat aux affaires sociales (1968 à 1972).

A ce titre, les affaires sociales seront chargées notamment de l’étude sur les problèmes sociaux et de la recherche de leurs solutions, la promotion sociale des populations urbaines et rurales par l’éducation, le développement communautaire et l’assistance aux handicapés, la promotion de la famille et la lutte contre les fléaux sociaux.

Pendant la troisième étape, de grandes réformes institutionnelles ont été intervenues en 1992 et ont mis l’accent sur les modalités d’organisation et de fonctionnement de la direction nationale des affaires sociales. C’est au cours de cette période qu’on verra éclore et se développer de nombreuses associations de bienfaisance nationale et des ONG internationales.

La quatrième a entraîné en 1997 la création du ministère du Développement Social, de la Solidarité et des Personnes Agées. Le ministère du Développement Social, de la Solidarité et des Personnes Agées a procédé depuis quelques années à un développement sans précédent de nouveaux mécanismes institutionnels et à de nouvelles formes d’organisation de la solidarité nationale par la création de nouvelles structures et le renforcement de celles existantes, expliqueront les conférenciers.

La problématique de l’action sociale réside en ce que son champ d’action variera en fonction des nouveaux enjeux politiques, économiques, sociaux et culturels qu’ils soient permanents ou transitoires. En termes de perspectives, il s’agira d’assurer la fonctionnalité et l’opérationnalité des différentes structures pour une meilleure clarification des missions, un fonctionnement optimum avec des cadres compétents.


Moussa Dagnoko

07 Octobre 2010