Partager

Trois lieutenant-colonels et quatre majors de l’ancienne rébellion du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), intégrés dans l’armée début 2009, « ont quitté les rangs des FARDC (Forces armées) hier (mercredi) » avec 166 hommes, a affirmé à l’AFP le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, porte-parole des mutins se réclamant du Mouvement du 23 mars (M23). Selon lui, ces soldats ont rejoint avec armes et munitions la mutinerie en cours dans la province du Nord-Kivu (est). Un officier supérieur loyaliste a confirmé à l’AFP que « certains officiers sont en train de faire défection », sans préciser leur nombre. D’après le porte-parole du M23, excepté un lieutenant-colonel arrivé de la province voisine du Sud-Kivu (est), tous les hauts-gradés étaient basés au Nord-Kivu. L’un des majors était un responsable de la logistique et deux autres du renseignement. « Cette situation risque de dégénérer et de démoraliser les troupes parce qu’il y a en a encore d’autres (ex-CNDP) nos rangs » qui pourraient eux aussi rejoindre les mutins, s’est inquiété l’officier loyaliste. Malgré les bombardements fréquents des FARDC, les mutins -estimé à plusieurs centaines- tiennent leurs positions sur les collines de Runyiony, Mbuzi et Tshanzu où ils sont regroupés, dans le sud-est du Parc national des Virunga, à la frontière avec le Rwanda et l’Ouganda. AFP