Partager

L’Institut Français de Bamako a abrité le mardi 14 novembre dernier, une conférence de presse des responsables du Fonds Culturel Franco-Allemand. Un fonds institué en 2003 visant à soutenir et encourager des initiatives de coopération culturelle. L’objectif était d’expliquer aux hommes de média, le but du projet « à la croisée des chemins » retenu dans le cadre d’une orientation thématique « culture, migration et intégration ».
Selon les conférenciers, le but du projet « à la croisée des chemins » est de sensibiliser les populations sur l’impact de la migration dans le développement artistique et culturel au Mali. Pour eux, ce projet permettra d’offrir l’opportunité de traiter de l’inter culturalité, de l’ouverture aux autres mais aussi de valoriser l’apport de la culture aux différentes problématiques de l’intégration dont l’insertion des jeunes, des migrants ainsi que la place et le rôle des femmes.

A en croire les conférenciers, le projet qui est soutenu par l’Ambassade de la République Fédérale d’Allemagne au Mali et l’Institut Français du Mali, sera marqué par de grandes manifestations culturelles et artistiques (conférences, tables rondes, projections, pièces de théâtre, spectacles jeune public, danse, défilé de mode et concerts) du 17 au 25 novembre à Bamako ainsi qu’à Kayes et Sikasso, considérées par les responsables du projet comme les villes les plus emblématiques de la question migratoire. D’après eux, le projet aura comme cibles principales, les artistes, les étudiants, le public jeune dans les écoles, les personnalités influentes, universitaires, les chercheurs nationaux et internationaux, les représentations diplomatiques, les agences de coopération, les ONG etc. Il permettra selon les organisateurs, d’inscrire et de maintenir dans la conscience collective, l’importance de la question migratoire à travers son apport positif dans la culture et les pratiques artistiques.

La programmation artistique pour Bamako se présente comme suit : le vendredi 17 novembre 2017 à 21h, il est prévu au Parc National, le concert d’ouverture des artistes Rachid Taha et Aly Keita. Ce concert sera suivi le lendemain samedi 18 novembre à 21h55 à l’Espace Culturel Blonba, d’une animation théâtrale « l’appel de nuit » de Moussa Konaté avec des comédiens comme Hamadoun Kassogué, Diarrah Sanogo, Maimouna Doumbia et Michel Sangaré. Ensuite suivra le mardi 21 novembre à 19h à l’Institut Français du Mali, la projection d’un film intitulé « It Must Make Peace » de Paul Chandler. Un film qui capte la profonde passion de certains artistes maliens pour leurs instruments traditionnels et leurs rôles dans la consolidation de la paix entre communautés. Le mercredi 22 novembre est prévu un concert de Baba MD et Zakaria Haftar au même Institut Français. Ce concert sera suivi le lendemain jeudi au Musée National d’un spectacle jeune public gratuit de Thomas Sidibé intitulé ‘’Tamaba’’ qui signifie le grand voyage. Dans la même soirée de ce jeudi, il est prévu à 20h, une prestation de danse/performance dénommée « Zombification » de Kettly Noel. Il est également programmé pour la journée du vendredi (20h) à l’IFM, un concert de l’artiste Fatoumata Diawara.

Un défilé de mode au Parc National à 21h marquera la fin des manifestations culturelles de Bamako. A côte de ces manifestations, il est prévu à Bamako, une conférence inaugurale à l’Université des Lettres et des Sciences Humaines de Bamako à Kabala, animée par Jean-Louis Sagot de la France et Richard Toé du Mali. Et des tables rondes avec différents thèmes dont « arts et métissage-l’impact des musiques d’Afrique en France et en Europe et le métissage dans les arts visuels, ’’la Solitude des foules’’ à l’IFM, « Migration, langues et identités » ou encore « Femmes et migration: actrices du développement, passerelles d’entité ».
Des activités similaires sont prévues également pour Kayes et Sikasso.

M.D

Du 17 Novembre 2017