Partager


La salle de rencontre du centre du Secteur Privé de Bamako, sis à Hamdallaye ACI a abrité la cérémonie d’ouverture d’une session de formation des syndicats de Sotrama, des chauffeurs, apprentis chauffeurs et autres intervenants dans la gestion des Sotrama dans la circulation routière à Bamako et dans notre pays en général.

Le thème central de la session de formation était: « transport en commun-transport sécuritaire ». Cette formation, la cinquième du genre se veut avant tout un espace d’échanges entre les différents intervenants dans ce processus pour qu’enfin une solution pérenne puisse être trouvée à ce fléau aux accidents de la circulation routière qui tuent plus que tout autre mal de notre société.

CONTRE LA BANALISATION DES ACCIDENTS

En effet, aujourd’hui les accidents de la circulation routière sont tellement devenus nombreuses que les gens y accordent peu d’importance à moins qu’ils soient véritablement spectaculaires. Aujourd’hui, la route tue partout à travers le pays, à Bamako où sur les différentes routes nationales à l’intérieur du pays.

La situation est devenue tellement préoccupante que le président de la République, Amadou Toumani Touré, lors d’une de ses sorties à la télévision nationale, a insisté sur la recherche de solution. C’est dans cette logique que s’inscrit la présente session de formation organisée par la Jeune Chambre Internationale Bamako destinée aux syndicats chauffeurs et apprentis chauffeurs des sotrama dans le District de Bamako.

Avec pour mission de contribuer au progrès de la communauté mondiale en offrant aux jeunes gens la possibilité de développer les techniques de direction, la responsabilité sociale, l’esprit d’entreprise et la solidarité nécessaire pour effectuer des changements positifs.

RECYCLER ET SENSIBILISER LES CHAUFFEURS

La Jeune Chambre Internationale de Bamako trouve ici la nécessité de mener une action de recyclage et de sensibilisation à l’endroit des chauffeurs de Sotrama afin de contribuer à la réduction des accidents de la voie publique et leurs conséquences sur la communauté urbaine et d’ouvrir encore une fois une fenêtre vers la sensibilisation sur les impacts du VIH dans le domaine des transports.

Organisée en collaboration avec le ministère de l’Equipement et des Transports, le ministère de la Sécurité Intérieure et de la Protection Civile, cette 5ème session à pour objectif de renforcer la connaissance du code de la route pour les chauffeurs et aides chauffeurs, permettre à la cible de porter les premiers soins en attendant les secours, sensibiliser en respect du code de la route les chauffeurs et aides chauffeurs, les syndicats de sotrama de Bamako.

L’ouverture officielle a regroupé le samedi dernier de nombreux représentants de syndicats des chauffeurs, de la direction nationale des transports de la protection civile et les membres de la JCI Bamako qui avait à leur tête M. Aboubacar S. Guindo.

Dans son intervention, M. Guindo nous dira : “c’est un immense plaisir pour moi de prendre la parole en tant que quinzième président de cette formidable organisation. Je voudrais féliciter les participants, parce que j’imagine que pour les responsables syndicaux le choix n’a pas été facile de n’en tenir à 50.

Si servir l’humanité constitue l’oeuvre la plus noble d’une vie, cette formation s’inscrit dans le même cadre car, la JCI Bamako enlève une grande épine des pieds de ces acteurs du secteur des transports et des autorités.

Moussa KONDO (Stagiaire)

07 avril 2008.