Partager

Inventorier et capitaliser les meilleures pratiques de campagne de sensibilisation en direction des marchands ambulants sur l’utilisation du préservatif. C’est l’objectif d’un atelier qui a regroupé, mardi 6 janvier à la Pyramide du souvenir, les ONG ayant pris part à cette campagne.


Le consortium comprenant :
l’Association pour le développement endogène du Sahel (ADES) et le Groupe d’animation d’action au Sahel Mali (GAAS-Mali) a organisé, de septembre à décembre 2008, dans les huit régions du Mali et le district de Bamako, plusieurs campagnes de sensibilisation en faveur des marchands ambulants sur l’utilisation du préservatif.

Cette campagne a été menée à travers des ateliers de concertation, des caravanes de sensibilisation, des activités de promotion du préservatif. Pour capitaliser les meilleures pratiques proposées lors des différentes concertations régionales sur l’utilisation du préservatif, toutes les ONG ayant pris à part à cette campagne étaient réunies à la faveur d’un atelier de capitalisation des recommandations.

La cérémonie était présidée par Dr Aly dit Agaly Welé, Secrétaire exécutif régional du district de Bamako du Haut conseil national de lutte contre le VIH/SIDA. Il avait à ses côtés, Karamoko Songomo, Chef de mission du consortium ADES/GAAS-Mali.

A travers cette rencontre, il s’agit de faire le point des réalisations de la campagne, partager le reésultat de l’enquête, présenter les résultats des différentes concertations, partager les expériences acquises et les leçons apprises lors des différentes actions de sensibilisation menées en faveur des marchands ambulants.

Après le mot de bienvenue de Karamoko Songomo, Chef de mission du consortium, Dr Aly dit Agaly Welé, a salué, à sa juste valeur, la démarche du consortium.

Pour lui, le Mali a pris des engagements et des initiatives dans la lutte contre le VIH/SIDA qui ont donné des résultats prometteurs, faisant passer le taux de prévalence de 1,7 à 1, 3%. « C’est l’occasion pour nous de saluer l’effort et l’engagement dynamique de la société civile pour l’atteinte de ces résultats.

On peut se glorifier de ce résultat, mais beaucoup reste à faire. Car si nous voulons continuer à maîtriser l’épidémie, il faut que nous continuions à prendre des mesures en faveur des différentes groupes cibles dont les marchands ambulants », a souligné, pour sa part, Dr Aly dit Agaly Welé.

Cet atelier auquel ont pris part une quarantaine de participants a pris fin le même jour.

Kassoum THERA

08 Janvier 2009